ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


22/06/06 (B355_B) Affaire Borrel - Un lecteur nous adresse un document avec le lien sur un site qui publie de nombreuses informations. Nous publions sous sa responsabilité, la lettre ouverte signée par Christian Ammeux, qu'il nous a fait parvenir.

Ce lien avec le site est donné à titre de référence bibliographique :
(copier le lien dans votre explorateur www.borrelkaput.com)

_____________________________ Lettre ouverte à Madame Elisabeth Borrel

Le 18 février 2006

Madame Elisabeth BORREL
Juge au Tribunal d'Instance
40 avenue Camille Pujol
31500 TOULOUSE

Madame,

Vous êtes intervenue deux fois en Normandie le dernier week-end du mois de janvier :
- le samedi 28 janvier à LISIEUX devant un auditoire d’au moins 200 personnes,
- le dimanche 29 janvier au Mémorial de CAEN, probablement devant plus de 1000 personnes ...

Et aucun écho dans la presse nationale. C’est à croire que les directeurs des grands journaux veulent enterrer une seconde fois le procureur Bernard BORREL ... Pas le juge BORREL comme vous l’avez souligné dans la dernière phrase de votre intervention à CAEN.

Je ne fus qu’un auditeur parmi d’autres, mais très attentif à vos paroles et prenant le plus de notes possible. Il ne me semble pas avoir aperçu un magistrat, professionnel ou consulaire, de la juridiction de LISIEUX.

C’était peut-être mieux ainsi car la violence (enfin ! et de bon aloi) de votre intervention pourrait bien vous valoir quelques poursuites en se référant à l’article 434-24 du Code Pénal. J’ai été beaucoup moins violent que vous, et encore uniquement dans des lettres non rendues publiques mais adressées à des magistrats au sujet de l’assassinat de votre mari, et cela m’a valu une condamnation, même confirmée par la Cour de Cassation.

BRAVO pour la forme de vos interventions. Je ne reconnaissais pas la personne que j’avais vue à la télévision ou le portrait que les journalistes ont dressé de vous.

Vous avez mis vos béquilles au rancart. Plus d’avocats tutélaires, MORICE et DE CAUNES, pour vous couper la parole quand vous devenez violente et dangereuse pour les thèses officielles. Vos collègues magistrat(e)s ont dû se cacher sous leur bureau pour que le ciel ne leur tombe pas sur la tête.

Vous avez reculé d’un pas pour vous tenir bien droite devant votre pupitre et, bien campée sur vos jambes écartées, les mains derrière le dos et fixant l’auditoire droit dans les yeux, vous avez voué aux gémonies et les magistrats et le pouvoir politique dans des termes qui ne peuvent que vous valoir des poursuites judiciaires.

Mais aussi déranger définitivement ceux qui s’endorment sur le dossier que vous essayez d’animer.

Donc encore un grand bravo pour la forme ... mais un bémol pour le fond !

l est inadmissible que magistrats et politiciens vous aient fait subir tous les maux que vous décrivez, maux que je connaissais déjà. Sauf quelques épisodes savoureux, mais maintenant plus tragiques que comiques, comme celui de la bague d’anniversaire (10 ans de mariage si j’ai bien entendu) achetée à PARIS par votre mari.

J’ai eu aussi mon lot de coups tordus :
- montage d’un stratagème en vue de m’accuser de pédophilie avec les enfants d’une ancienne amie (même pas une " ex ") avec qui j’essayais de raviver quelques souvenirs pour rompre la solitude ...
- tentative de m’attirer dans une souricière montée par la P.J. (au temps où MARION en était le n° 2 et qui refait surface dans le procès ERIGNAC) et un procureur : je vis seul, sans relation de proximité et je puis très bien disparaître sans laisser de trace ...
- mise en garde à vue après le réquisitoire de votre mari et examen psychiatrique de 10 minutes concluant que j’était atteint d’un délire paranoïaque, donc irresponsable de mes actes ...

Voilà quelques exemples, liste non exhaustive, s’ajoutant à de multiples poursuites et tentatives de condamnations !

Mais vous vous trompez sur un point capital : le commanditaire n’est pas I.O.G.. La rumeur du suicide par le feu ne vient pas de DJIBOUTI, mais elle part de PARIS, de la Chancellerie. Vous avez même cité un nom précis que je n’ai pas eu le temps de noter avec certitude : un certain ROUSSIN (?).

Le ou les commanditaires sont donc à PARIS et ils ont emberlificoté le gendre d’APTIDON pour accompagner les nervis (avec au moins un français dans la bande, comme vous le précisez, ou encore deux européens selon une autre source) qui ont assassiné le procureur Bernard BORREL.

Même si la présidence de la République a demandé, avec une ironie totalement déplacée, à la magistrate que vous êtes de demander tous les actes de procédures que vous jugez utiles, votre histoire d’uranium et d’usine proche du C.E.A. est aussi peu crédible que l’attentat du Café de Paris.

Faisons un peu d’histoire et remontons le temps en nous focalisant sur des faits avérés et des documents signés et vérifiables.

Le commanditaire d’un assassinat a toujours un mobile très important et très personnel (les autres ne l’intéressent jamais) pour ordonner la mort d’un homme et la financer.

Fin 1991 et début 1992, Bernard BORREL est procureur de la République à LISIEUX et vous vivez des jours heureux à HERMIVAL Vous contribuiez à faire régner l’ordre républicain en Basse Normandie.

Le chef d’entreprise prospère que je suis à la même époque à DOZULE (avec quatre agences en France) va semer le désordre à LYON et à LISIEUX, en novembre 1991, en portant plainte avec constitution de partie civile contre la Caisse d’Allocations Familiales de LYON.

Pour rétablir l’ordre politicien, pas l’ordre républicain, votre mari va user de deux moyens
- un moyen honnête : la liquidation judiciaire de la société CM DIS de LYON, le 29 avril 1992, pour stopper définitivement le stratagème du détournement de l’argent des assurés sociaux de LYON au profit des partis politiques,
- une démarche malhonnête : provoquer et laisser de produire la liquidation judiciaire de la société dont j’étais le gérant, le 6 mai 1992.

Votre mari a donc mis les pieds dans le plat des partis politiques, notamment ceux de F. MITTERAND (alors aux affaires et Président de la République) et de J. CHIRAC qui est prêt à toutes les exactions pour être un jour Président de la République. Les pieds dans le plat, i.e. priver les partis politiques majeurs de 250 000 000 de francs (pas des centimes) versés en black, à partir du piratage de mes logiciels.

En novembre 1991, le stratagème avait déjà apporté 5 millions de francs dans les caisses des partis politiques.

Votre mari venait de signer sa mort professionnelle de procureur. Les placards dorés lui étaient alors promis. On ne s’oppose pas à un roi d’Afrique (ou de France) sans représailles (Solange CICUREL dans sa plaidoirie Lily Sio).

De mai 1992 à octobre 1993, le procureur Bernard BORREL va constituer un dossier contre ma personne avec l’aide des trois notables et aussi membres influents de la procédure commerciale, LAROPPE, MERTZ et ROSSI : une vraie mise à mort judiciaire qui aura son aboutissement le 14/02/92 en un réquisitoire introductif, signé par votre mari, pour un prétendu détournement d’actif que j’aurais commis.

J’ai déjà chargé sur le site internet les premières pages des documents de procédure visées et signées par le procureur Bernard BORREL, pendant cette période. Je vous remets une nouvelle copie de ces pages.

Bernard BORREL a donc programmé la mort sociale de Christian AMMEUX afin que, totalement décrédibilisé, je ne puisse plus jamais dévoiler le détournement de fonds public commis par la CAFAL au profit des partis politiques. Ces documents sont transmis à votre mari par les trois notables cités ci-dessus.

Quand la machine judiciaire se met en branle vous êtes broyé. Votre mari, le procureur Bernard BORREL, avait bien conscience qu’il m’assassinait non seulement judiciairement mais aussi socialement. C’était " Outreau " en 1992-94, mais seulement au lieu de s’arrêter quatre ans plus tard, mon histoire (et la vôtre aussi) perdure depuis 15 ans pour moi (depuis 10 ans pour vous).

En 1992, j’étais pour les partis politiques l’empêcheur de détourner en rond. Le 17 octobre 1995, et en 48 heures, et pour 48 heures seulement, Bernard BORREL deviendra le caillou dans la chaussure de Jacques CHIRAC et dans celle de son chef de cabinet à l’Elysée : Dominique de VILLEPIN.

Le 18 octobre 1995, le procureur Bernard BORREL en détachement à DJIBOUTI décide de dévoiler la vraie raison de la liquidation judiciaire de la société FOROLOG, i.e. que soit dissimulé le détournement de l’argent des assurés sociaux au profit des partis politiques avec le concours de l’organisme collecteur, la CAFAL.

En effet, ce jour-là, Bernard BORREL avait été vertement tancé par l’avocat général Bernard PERRET, non pas pour avoir exigé la liquidation judiciaire de la société CM DIS qui piratait mes logiciels - ce qui était louable -, mais pour avoir laissé se produire la liquidation de la société que je dirigeais :
- car je ne voulais pas m’associer à un détournement de fonds public au profit des quatre principaux partis politiques.
- parce que ma plainte visant la CAFAL, déposée en novembre 1991, révélait le détournement de fonds scandaleux au détriment des plus pauvres de la nation commis par les quatre principaux partis politiques.

Qui était le principal perdant de cette révélation en octobre 1995 ?

Jacques CHIRAC, avec ses acolytes Alain JUPPE comme chef de gouvernement et Dominique de VILLEPIN comme chef de cabinet à l’Elysée, qui, au moment où il demandait un effort de 100 milliards de francs à la France d’en-bas pour sauver sa sécurité sociale, aurait été contraint, à la suite des révélations de votre mari, à la démission honteuse de son poste de président de la République pour avoir été un des principaux bénéficiaires de cet abominable détournement.

Le télescopage de la révélation d’un détournement de l’argent des assurés sociaux et de l’exigence d’un effort de 100 milliards de francs pour sauver la sécurité sociale aurait eu des effets désastreux sur la légitimité de la présence de Jacques CHIRAC à l’Elysée. Les français sont des veaux (dixit DE GAULLE) certes, mais il ne faut tout de même pas les pousser dans les orties car ils savent comment mener des révolutions.

La seule solution pour éviter cette démission infamante de Jacques CHIRAC et de son gouvernement : empêcher votre mari de parler et de dévoiler que les partis politiques détournaient l’argent qui devait revenir aux plus pauvres de la nation française.

J’espère que vous comprenez qui a voulu empêcher le procureur Bernard BORREL de parler.

La chaîne de l’information pour prévenir que Bernard BORREL allait dévoiler le stratagème infernal est alors la suivante :
- la Chancellerie où Marc MOINARD est le directeur des Services des Affaires criminelles et des grâces, avertie des démarches de l’avocat général Bernard PERRET en direction de votre mari,
- le ministre de la Justice : Jacques TOUBON,
- le premier ministre : Alain JUPPE,
- le chef de cabinet de l’Elysée : Dominique de VILLEPIN,
- le président de la République : Jacques CHIRAC.

A ce point de la lettre, je vous saurais gré de relire sur le site internet borrelkaput.com le chapitre intitulé dans le scénario de l’affaire FOROLOG/CAFAL/CIN-CIC/AMMEUX/BORREL, la quatrième période : du 14/02/94 au 20/10/95, l’assassinat de BORREL

Après cette relecture, il est évident que l’hypothèse que j’expose ci-après est la seule qui tienne la route pour expliquer l’assassinat de votre mari et l’invraisemblable mise en scène d’un suicide avec deux liquides inflammables ... et devant quatre témoins !

La chaîne décisionnelle pour l’assassinat de votre mari sera donc directe :
- CHIRAC et VILLEPIN avec I.O. GUELLEH.
- et la D.G.S.E. qui va emberlificoter I.O. GUELLEH et attirer votre mari dans un traquenard à 80 Kms de DJIBOUTI.

La chaîne de l’information pour propager la rumeur du suicide empruntera d’autres voies :
- l’Elysée : CHIRAC et VILLEPIN,
- le magistrat Marc MOINARD, le même que votre mari a humilié en 1991-92,
- le dénommé ROUSSIN (?) que vous avez identifié,
- un dénommé MOLINIE oeuvrant à DJIBOUTI pour le gouvernement français,
- le prévôt, un certain capitaine AUFRAY, que vous ne portez pas dans votre coeur et qui orientera l’enquête vers le suicide en occultant l’assassinat.

Du côté du justiciable que je suis, les barbelés ont été mis à tous les niveaux :
- Joseph SCHMIT, procureur de la République à ROUEN et ancien maître de conférence à l’E.N.M., au temps où vous-même et votre mari étiez auditeurs,
- Philippe INGALL-MONTAGNIE, procureur général à ROUEN, qui depuis 1984 fréquente tous les gouvernements successifs, et aussi ami de Marc MOINARD qu’il a croisé à la Chancellerie et qui a eu Mme INGALL-MONTAGNIE comme collaboratrice,
- Marc MOINARD, le seul qui n’ait pas été maître de conférence à l’E.N.M., et maintenant Secrétaire général à la Chancellerie, Chancellerie qu’il connaît bien pour avoir dirigé deux des principaux services : les affaires criminelles et les affaires judiciaires.
- et enfin, Jean-François BURGELIN, puis Jean-Louis NADAL, tous deux anciens de l’E.N.M. à des postes de direction de cette école, tous deux à la tête du parquet général de la Cour de Cassation.

Et les juges du siège ont suivi. Les magistrats du tribunal correctionnel de ROUEN devant lequel j’avais fait dépayser mes dossiers, m’ont condamné, en mars 2004, à verser 1 000 euros de dédommagement à chacune des trois personnes qui ont circonvenu votre mari.

Encore heureux que la chambre correctionnelle de la Cour d’appel de ROUEN, ait annulé la condamnation à verser un dédommagement ... en septembre 2005, seulement.

Quatorze ans après le début de cette pénible histoire pour moi, et dix ans après l’assassinat de votre mari, je viens d’obtenir le premier résultat positif. contre l’avis des magistrats de première instance, parquet et siège confondus.

Pour manager cette épineuse affaire FOROLOG/CAFAL/CIN-CIC/AMMEUX/ BORREL, et aussi préparer l’après 2007, l’organigramme a été resserré et réduit à sa plus simple expression :
- Jacques CHIRAC, président de la République,
- Dominique de VILLEPIN, premier ministre qui communique directement avec le président sans passer par le chef de cabinet, (combien de temps durera cette association de coquins ?)
- Marc MOINARD qui court-circuite quand il le veut l’actuel falot ministre de la Justice, pour s’entretenir directement avec les deux personnes susnommées.

L’assassinat de votre mari n’est probablement pas la seule affaire glauque que le gouvernement actuel ait à gérer, mais certainement la plus sinistre. En conséquence, dans tous les cas réputés dangereux pour Jacques CHIRAC, le nombre de décideurs autour de la table sera réduit à trois : CHIRAC, VILLEPIN et MOINARD.

Jacques CHIRAC n’a plus qu’à espérer que ce soit Dominique de VILLEPIN qui devienne président de la République ... car il est aussi impliqué que lui dans l’assassinat de votre mari et il sera dans l’obligation de continuer à le défendre.

Déjà condamné à une mort professionnelle, un quarteron de politiciens et de magistrats indélicats ont signé la mort physique du procureur Bernard BORREL, même plus promis aux placards dorés de la Cour de Cassation.

On ne s’oppose pas à un roi d’Afrique (ou de France) sans représailles (Solange CICUREL dans sa plaidoirie Lily Sio).

Le procureur Bernard BORREL a subi la plus épouvantable des représailles et il s’est vu mourir en pensant à vous et à ses enfants.

Des représailles ? J’en ai déjà subi mais j’espère que ma soixante-dixième année approchant (ce sera en mai prochain) verra des magistrats rouennais plus honnêtes que les autres exaucer mes demandes de dédommagements, peut-être dès le 23 février prochain, à la suite de mes récriminations sans complexes exposées devant les tribunaux et sur le site internet borrelkaput.com.

Et pour vous, quelles représailles ? Tout le monde conviendra que votre position est très délicate. Certes, vos avocats, vos collègues magistrat(e)s et les politiciens vous ont freiné dans votre quête de la vérité.

Les politiciens et une certaine magistrature vous regardaient avec commisération tandis que vous vous raccrochiez à deux avocats qui n’auront jamais eu le courage de mettre en cause les vrais commanditaires français.

Vous apprenez à vos dépens que la France n’a pas de pouvoir judiciaire, ni même une autorité judiciaire indépendante car ladite autorité est entièrement soumise au président de la république, maladroitement élu au suffrage universel en ce qui concerne Jacques CHIRAC (voir ce qui s’est passé en 2002 !)

Tout le monde comprend, en conséquence, que vous les avez ménagés jusqu’à maintenant, car vous avez une famille à entretenir et des enfants à élever et à éduquer. L’argent nécessaire pour ces tâches ne peut venir que de votre métier de magistrate. Et cedit métier dépend du C.S.M., présidé par Jacques CHIRAC et dont quelques membres influents ont été cités dans cette lettre.

Je formule des voeux pour que le livre que vous projetez vous apporte quelques subsides et pour améliorer l’ordinaire et pour poursuivre plus efficacement votre recherche de la vérité.

Avons nous vu une nouvelle Madame BORREL en Normandie, à la fin du mois de janvier, qui a changé son fusil d’épaule ? Je le souhaite ardemment.

Mais On ne s’oppose pas à un roi d’Afrique (ou de France) sans représailles (Solange CICUREL dans sa plaidoirie Lily Sio). Votre nouvelle posture entraînera des représailles encore plus féroces.

Pour vous rappeler cette phrase leitmotiv, vous trouverez ci-joint le livre du 17ème concours international de PLAIDOIRIES 2006. Nous avons écouté les deux dernières plaidoiries, dont celle de Solange CICUREL, précédant votre témoignage.

Je souhaite donc ardemment avoir assisté à votre métamorphose et je vous prie de considérer le contenu de cette lettre et la nouvelle piste de réflexion sur le(s) commanditaire(s) comme un témoignage de sympathie à votre égard et à l’égard de vos enfants.

Christian AMMEUX
Gérant de la société FOROLOG

P.S. : juste le jour, ce 3 mars, où je publie cette lettre sur le présent site internet, FRANCE-INFO annonce dans son bulletin de 18 heures que l'une de vos béquilles, l'avocat MORICE, refait brutalement surface. Pourquoi ? Pour annoncer des pressions subies par le juge d'instruction par un ancien porte-parole du Quai d'Orsay qui avait promis de transmettre la copie du dossier de l'assassinat du procureur Bernard BORREL aux autorités de DJIBOUTI. Ce qui était intolérable et ce qui finalement n'a pas été fait. Le communiqué de FRANCE-INFO mentionne que la version officielle met toujours en cause des dirigeants djiboutiens.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.