ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


13/12/05 (B328) LDDH : note d'information sur l'indépendance des Magistrats de la Chambre des Comptes.

Le Président

NOTE D’INFORMATION
DU 12 DECEMBRE 2005
SUR L’INDEPENDANCE DES MAGISTRATS
DE LA CHAMBRE DES COMPTES.



Cette Note d’Information porte sur le dialogue ouvert, par les magistrats de la Chambre des Comptes avec le ministre de la Justice sur le Décret présidentiel N° 2005- 0174/PR/MJAPM daté du 13 octobre 2005 instituant une prime de rendement ;

Ce texte réglementaire constitue une violation grave et manifeste des prérogatives du Conseil Supérieur de la Magistrature qui est le seul organe habilité par la constitution pour juger la disciple des magistrats.

En effet, le décret du 13 octobre instaure un système parallèle et cumulatif de sanction pour les seuls juges de la Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire système, qui est laissé à l’entière discrétion du président de cette juridiction. Ce système ne garantit pas aussi les droits de défense puisqu’aucun recours n’est ouvert pour d’éventuelles réclamations ou corrections. A ce jour le dialogue est au point mort, entre le ministre de la justice et les magistrats, et ces derniers ont décidé de saisir le Conseil du Contentieux Administratif d’une requête en annulation du décret litigieux.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) s’associe à cette démarche légaliste des magistrats et espère que le Conseil du Contentieux Administratif, qui ne siège plus depuis 1996, se prononcera en son âme et conscience sur l’illégalité du décret présidentiel.

Il est bon de rappeler, qu’à plusieurs reprises la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) : s’était alarmée des dénis de Justice, de la mainmise de l’Exécutif sur le Pouvoir Judiciaire s’inquiétant de ce que l’absence d’indépendance des magistrats conduirait inéluctablement à une dérive préjudiciable au bon fonctionnement des Institutions républicaines.

En montant au créneau, les magistrats djiboutiens confirment bien qu’à posteriori nos craintes et dénonciations répétées des tentatives de bâillonnement de la Justice.
Dans une Requête déposée le 26 novembre dernier, requête motivée avec compétence, elle annonce ce que les Défenseurs des Droits de l’Homme ont toujours dénoncé.

NOEL ABDI Jean-Paul

_________________________________________________________

Documents ci-après.

  • Quelques points mettant en péril l’indépendance des magistrats.
  • Décret instituant une « soit disante » prime de rendement.
  • Décret sur le Conseil Supérieur de la Magistrature.
  • Plainte auprès déposée par des Magistrats de la Chambre des Comptes (extrait

Quelques points sur la nécessité de l’abrogation du Décret mettant en péril l’indépendance des Juges.

« Les magistrats de la Chambre des comptes et de Discipline Budgétaire, par lettre du 23 octobre 2005 ont saisi le Ministre de la Justice, des Affaires pénitentiaires et Musulmanes, chargé des Droits de l’Homme souligner leurs désapprobations suite au décret N°2005-l 74/PR/MJAPM faussement intitulé «décret instituant une prime au rendement ».

En effet le décret du 13 octobre 2005 méconnaît les règles de base de fonctionnement de nos institutions républicaines. Il porte atteinte à des principes fondamentaux à valeurs constitutionnelles qui sont le socle de notre démocratie et de notre état de droit. Il remet en cause l’indépendance et le serment professionnel qui lie le magistrat.

I. Atteinte à l’indépendance des magistrats qui est Indissociable au concept de l’Etat de Droit, l’indépendance des magistrats reste sans doute un principe sacro-saint dans le fonctionnement des institutions judiciaires.

Cette volonté d’indépendance se matérialise par les dispositions de la loi suprême, notamment l’article 72 de la Constitution du 15 septembre 1992 qui proclame que «le juge n’obéit qu’à la loi ...dans le cadre de sa mission, il est protégé ‘contre toute forme de pression de nature à nuire à son libre arbitre»

Dans cet esprit, il est évident que le décret en question menace l’indépendance des magistrats dès lors qu’il offre à une seule personne un pouvoir inouï de pression en lui permettant de décider seule du paiement du salaire aux magistrats.

L’article 3 du décret du 13 octobre 2005 confère au président de la CCDB le pouvoir d’apprécier la qualité des rapports d’instruction» et encore plus grave «des arrêts produits ».

II. Violation caractérisée des attributions du Conseil Supérieur de la Magistrature

La question se pose à la vue de cet article de la persistance de l’indépendance de la formation de jugements qui est seule habilitée à juger le contenu du rapport d’instruction du magistrat rapporteur en vertu de l’article 46 de la loi n°122/AN/01 fixant l’organisation et le fonctionnement de la chambre des comptes.

Dans sa quête de garantie supplémentaire pour l’indépendance des magistrats, le législateur n’a cessé d’user de formulations les plus claires pour ne guère laisser d’espace à toutes interprétations ambigus ou ingérences.

L’article 73 alinéa 3 et 4 de la constitution de 1992 dispose expressément que « le CSM veille sur la gestion de la carrière et donne son avis sur toute question concernant l’indépendance des magistrats.

Il (le CSM) statue comme conseil de discipline pour les magistrats»

Tous les articles du décret en question ignorent ces dispositions constitutionnelles puisqu’il n’est fait à aucun moment références au CSM pour déterminer la faute qui conduira à la sanction pécuniaire.

Par ailleurs les droits et devoirs des magistrats sont clairement définis et affirmés par la loi organique du 18 février 2001, portant statut de la magistrature. Cette loi a prévu un ensemble de sanctions à l’encontre des magistrats défaillants et en a exclusivement réservé l’exercice au conseil supérieur de la magistrature qui détient seul le monopôle légal en matière de sanctions des magistrats.

Le décret visé en objet est venu créer une rupture dans cet ordre légal, en instaurant une sanction pécuniaire spécifique à une catégorie de magistrat; sanction inédite, échappant complètement au CSM et dévolue au seul président de la Chambre de Comptes en contradiction totale avec les dispositions des textes supérieures
______________________________________________________

REPUBLIQUE DE DJIBOUTI
LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
CHEF DU GOUVERNEMENT
DECRET N° 2005-0174/PH/MJAPM
Instituant une prime au Rendement

Vu la constitution du 15 septembre 1992, Vu le décret n° 2005-0067/PRE du 21 Mai 2005 portant nomination du Premier Ministre

Vu le décret n° 2005-0069/PRE du 22 Mai 2005 portant nomination des membres du gouvernement;

Vu la Loi n° 122/AN/01 du 1er avril 2001 complétant et modifiant la loi n° 136/AN/ 1997 du 02 Juillet 1997, Vu le- décret n°95-0063/PRE relatif aux conditions de rémunération et avantages accordés aux contrôleurs financiers,

Vu le décret n°96-0147/PR/FIN du 16 décembre 1996 relatif aux indemnités, aux logements administratifs et aux avantages en nature, Vu le décret n°98-035/PR/MEPPP du 05 avril 1998 rationalisant l’octroi des indemnités,

DECRETE

Article 1er : Le principe du salaire contrepartie d’un travail effectif doit trouver sa pleine application dans le calcul des salaires du Personnel magistrat et non magistrat de la Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire, garante de la bonne utilisation des fonds publics. Le strict respect des horaires de travail, tel que défini par les textes en vigueur et notamment par la circulaire du Président de la République en date du 3 Septembre 2005, est obligatoire.

Article 2 : Les absences et retards non justifiés donneront, par conséquent, lieu à une retenue de salaire correspondant au temps de travail non effectué. Un état des absences et retards dressés par le Président de la Chambre, faisant ressortir le nombre total des heures de travail non réalisées, sera transmis à la Direction des Finances avant le 05 de chaque mois.

Article 3 : L’indemnité de responsabilité (50 000 FD) et l’indemnité spécifique de contrôleur financier (100 000 FD) sont indexés sur le rendement de chaque magistrat, apprécié notamment suivant les critères de respect du budget/temps prédéterminé pour chaque mission et au vu des fiches de saisie informatique quotidienne, de la qualité des rapports et arrêts produits, des ateliers de restitution organisés par chaque bénéficiaire d’une formation à l’étranger au profit des autres membres de la Juridiction.

Article 4 : Pour ce faire, le Président de Li Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire établira, éventuellement au vu des propositions des Présidents de section et directement pour ces derniers, une notation trimestrielle sur 100 qui servira à la liquidation des indemnités du trimestre suivant. La note du Substitut Général sera établie par le Procureur Général et communiquée au Président de la Chambre pour insertion à la feuille de notation.

Article 5 : Les sommes ainsi retenues sont comptabilisées au Trésor dans un compte particulier ouvert à cet usage. En fin d’année ces sommes, après définition de leur montant entre le Comptable de l’Etat et la Chambre des Comptes, sont répartie entre les magistrats et non magistrats les plus méritants à hauteur de 70% et le solde consacré au fonctionnement de la Juridiction.

Article 6 : L’application des présentes dispositions ne fait pas obstacle à la saisine du Conseil Supérieur de la Magistrature pour les sanctions disciplinaires relevant de sa compétence.

Article 7 : Le présent décret sera publié, enregistré et communiqué partout où besoin sera

______________________________________________

EXTRAIT DE LA REQUETE

Contre

Le décret n°2005-0174/PR/MJAPM en date du 13 octobre 2005 instituant une prime au rendement

1/ Sur la recevabilité

A) Sur l’intérêt à agir
Le décret N°2005-1 74/PR/MJAPM intitulé ((décret instituant une prime au rendement » en date du 13 octobre 2005 touche directement aux intérêts matériels et moraux individuels des magistrats de la Chambre de Compte et de Discipline budgétaire de la Cour Suprême. En privant ces magistrats jusqu’à la moitié de leur rémunération acquise sur la base de texte légale antérieur, le décret méconnaît les règles de base de fonctionnement de nos institutions républicaines.

Les émoluments du magistrat sont légalement accordés aux magistrats sur la base de textes légales et réglementaires.

Il résulte que les demandeurs ont intérêt à agir contre le décret n°2005-l74/PR/MJAPM en date du 15 octobre 2005.

B) Sur la qualité pour agir
Agissant en conformité des dispositions de l’article 21 alinéas 3 du Statut de la Magistrature fixé par la loi organique n°9/AN/01/4éme L en date du 18 février 2001
« Les magistrats ne peuvent défendre ni verbalement, ni par écrit, même à titre de consultation, les causes autres que celles qui les concernent personnellement»

Les dispositions du décret n°2005-l74/PR/MJAPM en date du 15 octobre 2005 concernent chacun des demandeurs à cette requête et la loi les autorise à se défendre par tous les moyens légaux.

C) Sur le délai pour agir -
Le décret N°2005-174/PR!MJAPM daté du 13 octobre 2005 instituant une prime au rendement a été édicté il y a moins deux mois ce qui laisse encore ouvert le délai de recours pour excès de pouvoir.

III sur le fond

A/-Sur la rupture de l’égalité de droit
A/-double notation par rapport aux autres magistrats du pays -

Le décret mis en cause introduit une rupture de l’égalité devant la loi du corps magistral de notre pays, le principe est qu’il n’existe qu’un seul type de magistrat dont le statut est prévue par la loi organique n°9 du 1 8 février 2001.

L’article 25 de la loi organique interdit une double sanction des magistrats, par ailleurs ce même article prévoit les fautes et les sanctions encourues par les magistrats.

Cette faute disciplinaire ne peut d’ailleurs être appréciée que par le CSM.

Dans le cas d’espèce, le décret- litigieux dispose expressément dans son article 6 que les sanctions sont « cumulables » avec ceux attribués au CSM. Cette pratique a pour conséquence une retenue sur salaire qui sera opérée sur les magistrats de la CCDB et constitue donc une sanction autre que celles prévues par-le CSM. -
Il est constant en droit, qu’une même faute ne peut donner lieu à deux sanctions cumulées.

- 2/-changement de nature des indemnités par rapport au contrôleurs financiers de l’Etat

Les indemnités que le décret du 15 octobre 2005 entend transformer en primes de rendement - rétroactivement, ont d’abord été créées pour les contrôleurs financiers de l’Etat par le décret n°95-0063/PRE du 14 juin 1995 et c’est en alignement sur ce décret qu’une somme de 100 000fd sur la totalité des indemnités a été concédée aux magistrats de la CCDB. Rendre ces indemnités comme assujetties à la bonne volonté du président de la CCDB est une rupture dans l’égalité des droits de tous les citoyens face à la loi.

En outre, l’ensemble de magistrats du pays sont soumis à la même législation et surtout à un mode de rémunération équivalent. Ils ne sont en aucun cas payés au rendement. Constitue donc une violation du statut de la magistrature cette indexation réglementaire, surtout que les critères de détermination du rendement ne sont absolument pas objectifs.

Au surplus, ce décret viole aussi les règles de droit budgétaire.

B/-Sur la violation du statut de la magistrature
1/-atteinte aux règles législatives d’organisation judiciaire

Dans sa quête de garantie supplémentaire pour l’indépendance des magistrats, le législateur n’a cessé d’user des formulations les plus claires pour ne guère laisser de faille à toutes interprétations ambiguës ou ingérences.

L’article 73 alinéas 3 et 4 de la constitution de 1992 dispose expressément que « le CSM veille sur la gestion de la carrière et donne son avis sur toute question concernant l’indépendance des magistrats.

Il (le CSM) statue comme conseil de discipline pour les magistrats»

Tous les articles du décret en question ignorent ces dispositions constitutionnelles puisqu’il n’est fait à aucun moment référence au CSM pour déterminer la faute qui conduira à la sanction pécuniaire. Ce décret donne le plein pouvoir au Président de la Chambre de Comptes et de Discipline -Budgétaire d’intervenir dans les domaines de compétence du Conseil Supérieur de la Magistrature. - - - -

L’ensemble de ces prérogatives, à savoir le relevé de la faute, sa dénonciation l’application de la peine et enfin le- partage de l’amende est du ressort d’une seule cl même personne. Le magistrat ainsi mis en cause «à aucun moyen de recours ni de défense.

Par ailleurs les droits et devoirs des magistrats sont clairement définis et affirmés par la loi organique du 18 février 2001, portant statut de la magistrature. Cette loi a prévu un ensemble de sanctions à l’encontre des magistrats défaillants et en a exclusivement réservé l’exercice au …

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.