ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


28/07/05 (B308) LDDH : des moyens importants et des excuses misérables pour empêcher un Défenseur des Droits de l'Homme de s'exprimer en présence du Conseiller spécial de Kofi Annan.

Le Président

NOTE D’INFORMATION
DU 26 JUILLET 2005

SUR DES PREVISIONS
TENUES AU PALAIS DU PEUPLE
PAR LE CONSEILLER SPECIAL
DE KOFI ANNAN

Après trois interventions forcément combinées, sans aucun débat, au Palais du Peuple, on est en droit de « s’en aller la queue levée » ! (Comme de bons toutous) Une invitation vraiment chère, rien que pour voir, et ne pas poser des questions !

« Tout ira bien... » ? Le rêve sans volonté aucune, sans volonté acceptée, sans concertation, comme disent les djiboutiens « c’est la fin des h…m… »

« Islande et Djibouti, même combat « tectonique et géothermique» avec 35.000 dollars par habitant contre 35 dollars par habitant avant 2015 (version sous tendue du Professeur et bien comprise par les chômeurs et les exploités djiboutiens, n’est-ce pas ?).

I - Les faits.

Tout d’abord en tant que Défenseur des Droits de l’Homme, je tiens à donner des précisions sur des possibles incompréhensions ou de mauvaises interprétations, concernant le refus du Ministre des Affaires Etrangères M. Mahamoud Ali Youssouf, de donner la parole à un membre des invités à participer à la séance-débat sur le Millénium en l’occurrence M. NOEL ABDI Jean-Paul.

Il est vrai que les horaires ont été, à la dernière minute, encore réaménagés. Voir aussi les modifications des invitations (à la fin de cette Note, ci-jointe une copie du programme des deux invitations avec la suppression du Local).

II – Précisions.

Je tiens tout d’abord à remercier M. le Ministre des Affaires Etrangères M. Mahamoud Ali, qui a eu l’amabilité de présenter ses excuses à la sortie du Palais du Peuple, tout en insistant sur le fait de l’urgence de voir le Chef de l’Etat en compagnie du Professeur.

Maintenant ayant plus de temps pour m’exprimer librement, il est de mon devoir de présenter publiquement des recommandations assorties de quelques commentaires constructifs.

Il est important dans certaines situations à ne pas hésiter à écrire si on vous refuse de parler.

Il est important de faire avancer les choses tout en essayant de combattre par tous les moyens juridiques et légaux tous les différents Abus de Pouvoir, actuellement au stade intolérable en République de Djibouti.

II) – Constats ;

A – Les Remarques de Fond.

a) Sur le document Local :
Il est intéressant de se demander pourquoi, l’actuel document sur les objectifs du millénaire pour le développement paraît-il plus comme une publicité progouvernementale, alors que le Bilan 2004 était plus objectif dans ses analyses ?

Est-ce le départ précipité de Madame Mbaranga Gasarabwe Représentante du PNUD aurait été réellement consécutif à la fin de son mandat à Djibouti ?

Est-ce qu’il est prévu dans le chapitre de la viabilité de la dette (41 à 44) une mention pour le remboursement des dettes intérieures ? (Recommandation ci-après).

b) Sur le rôle exact de la Société Civile :

A combien s’élève le nombre exact des Associations plus ou moins indépendantes et non créées pour les circonstances politiques ?

Existe-t-il réellement des consultations entre les partenaires sociaux, entre les Syndicats Libres avec le Patronat d’une part, et le Pouvoir Exécutif d’autre part ?

Est-ce que les Centrales Syndicales reconnues par le BIT sont-elles consultées régulièrement par le Gouvernement,

Dans le cadre des Objectifs du Millénaire prônés par les Nations Unies, est-ce que les Centrales Syndicales reconnues par le BIT sont-elles régulièrement consultées par les Organismes internationaux basés à Djibouti, tel que le PNUD Coordinateur ?

c) Sur la surveillance internationale pour le respect des Droits fondamentaux.
Est-ce que les :
- Droits Humanitaires,
- Droits de l’Homme,
- Droits sociaux, économiques et culturels,
- l’Indépendance Totale de la Justice ;
- la Transparence et la Bonne Gouvernance ;

Est-ce que tous ces Droits fondamentaux, dont Djibouti est Partie signataire, sont respectés, font-ils l’objet de surveillances constantes et efficientes de la part du PNUD et des différents Bailleurs de Fonds ?

Un développement durable nécessite au préalable le respect des Droits et de la Dignité de l’être humain.

Est-ce que le Conseiller Spécial, le Professeur Sachs, au cours de ses récentes visites au Premier Ministre SE. Meles Zenawi en Ethiopie et, le 26 Juillet 2005, au Chef de l’Etat Djiboutien SE. Ismaël Omar, est-ce que le Conseiller de SE Kofi Annan s’est inquiété du sort qui a été réservé aux pilotes de l’Armée de l’Air Ethiopienne lors de ses entretiens avec les deux plus Hauts Responsables de ces deux pays voisins. Ces derniers se sont réfugiés à l’Aéroport Internationale de Djibouti, après les répressions sanglantes à Addis Abeba ?

D’autres questions subsidiaires seront posées ultérieurement pour élucider la vérité.

B – Recommandation.

Pour ne pas trop alourdir cette Note d’Information seule une recommandation sera ciblée, et porte sur, entre autres :
- la revalorisation des grilles des salaires en tenant compte des diminutions insupportables du niveau de vie pour la quasi majorité des Travailleurs(ses) suite ces dernières années à la spirale des inflations actuellement aux stades de l’explosion sociale,
- le paiement de l’ensemble des dettes intérieures (factures des commerçants, salaires gelés etc… etc…)

VOEUX

1. Pour une plus grande participation de la Société Civile au processus de Développement, il est demandé (dans un contexte d’urgence) la tenue d’une Table ronde en République de Djibouti, entre le Pouvoir en place d’une part, et les Centrales Syndicales reconnues par le BIT, le Patronat représenté par la Chambre International du Commerce et de l’Industrie, d’autre part.

2. Le calendrier des discussions, ainsi que l’ordre du jour seront fixés de commun accord.

M. NOEL ABDI Jean-Paul
_________________________________________________

PROGRAMME

08H00 Discours du Coordonnateur Résident M. Sunil Saigal

08H15 Discours du Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération
Internationale S.E.M. Mahamoud Ali Youssouf
08H30 DU LOCAL...
Présentation du Rapport National sur les Objectifs du
Millénaire pour le Développement, Djibouti 2005

08H45 AU GLOBAL
Présentation du projet pour le millénaire “Investir dans le
Développement plan pratique de réalisation des Objectifs
Millénaire pour le Développement “par le Professeur Jeffrey
D Sachs Directeur du Projet Objectifs du Millénaire pour le
Développement et Conseiller Spécial auprès du Secrétaire
Général des Nations Unies M Kofi Annan

09H30 Débat - Questions au Directeur du Projet Objectifs du Millénaire
des Nations Unies et a son équipe

10H15 Pause Café

Nouveau Programme suite à un Erratum une semaine après.

COORDONNATEUR RESIDENT DES ACTIVITES
OPERATIONNELLES DU SYSTEME DES
NATIONS UNIES EN REPUBLIQUE DE DJIBOUTI

ERRATUM
Djibouti, le 20 Juillet 2005

Suite à des changements de dernière minute, veuillez noter les modifications apportées au programme de la matinée de lancement des rapports global et local, qui aura lieu le 26 juillet à 10 heures dans la salle de conférence du Palais du Peuple:

10H00 Discours du Coordonnateur Résident M. Sunil Saigal

10H15 Discours du Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération
Internationale M. Mahmoud Ah Youssouf

10H30 Présentation du projet pour le millénaire “Investir dans le
développement plan pratique de réalisation des Objectifs du millénaire pour le Développement “par le professeur Jeffrey D Sachs, Directeur du projet Objectifs du Millénaire pour le Développement et Conseiller spécial auprès du Secrétaire Général des Nations Unies, M ; Kofi Annan.

11H00 Débat — Questions au Directeur du Projet Objectifs du Millénaire des Nations Unies et à son équipe.

11H30 Pause Café

Vous remerciant pour votre compréhension,

Téléphone: (253) 35 33 71 — (253) 35 33 72— (253) 3543 54 /
Facsmte: (253) 35 05 87
E-mail : registry.dj@undp.prg / B.P. 2001 Djibouti
Boulevard Maréchal Joffre — Plateau du Serpent
République Djibouti

_______________________________________

Programme des Nations Unies pour le développement

DISCOURS DE SE. SUNILSAIGAL
REPRESENTANT RESIDENT DU PNUD ET
COORDINATEUR RESIDENT DES ACTIVITES OPERATIONNELLES
DU SYSTEME DES NATIONS UNIES
EN REPUBLIQUE DE DJIBOUTI

- Mesdames, Messieurs les ministres,
- Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, M.
Mahamoud Ali Youssouf;
- Monsieur le Conseiller Spécial du Secrétaire Général pour les OMD et directeur du
Projet Objectifs du Millénaire, Prof. Jeffrey Sachs,
- Mesdames, Messieurs les représentants des corps diplomatiques et organisations
internationales et régionales;
- Mesdames, Messieurs les représentants du secteur privé, de la société civile et
représentants de l’administration djiboutienne,
- Honorables participants,

Permettez-moi, tout d’abord, de saluer l’initiative de ce jour d’un lancement à la fois global et national des rapports sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Comme vous le savez sans doute, les dirigeants du monde ont convenu d’un ensemble d’objectifs mesurables et limités dans le temps pour combattre la pauvreté, la faim, la maladie, l’analphabétisme, la dégradation de l’environnement et la discrimination envers les femmes et créer un partenariat mondial pour le développement. Ce contrat mondial, connu sous le vocable d’Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), a été approuvé par tous les membres des Nations Unies. Il définit une série de cibles quantifiables, assorties de délais, qu’il s’agisse de réduire de moitié l’extrême pauvreté ou de mettre fin à la propagation du sida d’ici à
2015.

Les OMD apportent aux pays en développement une focalisation plus claire et des cibles précises pour les réformes de politiques qu’il entreprennent afin de jouer leur rôle dans le pacte mondial du Millénaire, notamment pour faire des priorités de la réduction de la pauvreté, de la promotion de la gouvernance démocratique, de la primauté du droit, et de la lutte contre la corruption.

Dans les pays donateurs, où il n’y a que quelques années encore le développement n’occupait pas un rang très élevé dans l’ordre des priorités, l’agenda des OMD est inscrit aujourd’hui fermement au coeur des grandes politiques établies. C’est là en partie le résultat de nouvelles activités de campagnes qui ont contribué à faire des OMD non pas une déclaration comme les autres issue d’une réunion des Nations Unies comme les autres, mais tout le cadre du développement de la décennie à venir.

Fort de cet engagement global des Nations, le Secrétaire Général des
Nations Unies, M. Kofi Annan, avait commandité en 2002 le Projet Objectifs du
Millénaire ayant pour mission d’élaborer un plan d’action concret qui permettrait à la planète d’inverser le fléau de la pauvreté, de la faim et de la maladie. Conduit par le
professeur Sachs, que nous avons l’honneur et le plaisir de compter aujourd’hui parmi nous accompagné d’une partie de son équipe, le Projet Objectifs du Millénaire a présenté ses recommandations finales au Secrétaire Général en janvier 2005 dans un rapport intitulé Investir dans le développement: un plan pratique pour réaliser les
Objectifs du Millénaire pour le Développement.

La campagne du Millénaire des Nations Unies et le Projet Objectifs du Millénaire des Nations Unies, dont le PNUD est l’hôte, a joué un rôle important pour faire progresser l’agenda des OMD, et le travail se poursuit. L’année 2005 présente aux dirigeants du monde une occasion unique d’agir de manière décisive lors du Sommet des Nations Unies consacré à l’examen de la Déclaration du Millénaire et des OMD pour assurer la réalisation des 0MB d’ici 2015, notamment pour appuyer les efforts déployés à cette fin au niveau des pays.

Ceci m’amène à l’échelle locale des 0MB. Le rapport national de Djibouti lancé ce jour s’intègre précisément dans cet effort global de mesurer le chemin accompli et les défis à relever dans la réalisation de chacun des huits objectifs. Ce deuxième rapport national est le résultat d’un travail collectif entre les structures du gouvernement, le Système des Nations Unies, la Société Civile et les autres partenaires au Développement.

Ce rapport a permis de faire une évaluation exhaustive et sans complaisances des contraintes et obstacles rencontrés par Djibouti au niveau de la réalisation des OMD.

En dépit d’énormes difficultés qui ont caractérisé la vie socio-économique du pays, la situation prévalant actuellement reflète des améliorations substantielles notamment au niveau de l’éducation, de la promotion de la femme, ainsi qu’en faveur de l’environnement. Les orientations politiques, économiques et sociales définies dans le DSRP constituent un cadre favorable pour les OMD dans la mesure où une attention particulière sera apportée à l’établissement de politiques publiques à même d’assurer une redistribution équitable des richesses.

Parmi les importantes contraintes, parfois rédhibitoires, auxquelles Djibouti fait face, figurent au premier plan l’accroissement de la pauvreté extrême à Djibouti qui est passée de 9,6% en 1996 à 42,1% en 2002. De plus, l’incidence de cette pauvreté est plus criante dans les districts de l’intérieur que dans la capitale. C’est pourquoi le processus de décentralisation et de développement local entamé par la République de Djibouti apparaît comme une priorité qui mérite le soutien et l’appui solide des partenaires au développement.

La faiblesse de la production statistique constitue également une contrainte de taille. En effet, sans indicateurs fiables et courants, il est très difficile de mesurer les progrès accomplis dans le cadre des programmes de développement, d’avoir une vision nette des acquis et du devenir de la Nation et par conséquent d’être en mesure de prendre des décisions justes et efficaces.

C’est à ce titre et au vu des enjeux à la fois globaux et locaux que constituent la réalisation des OMD que je me réjouis de l’engagement du gouvernement de Djibouti dans la restructuration du Système statistique national en cours qui sera plus que nécessaire pour le suivi des OMD à Djibouti.

J’y vois pour ma part le signe d’un réel engagement de la République de Djibouti, de même qu’un gage vers la réalisation des Objectifs du Millénaire à Djibouti d’ici 2015.
Avant de conclure, je ne manquerais pas de rappeler que le Système des Nations Unies se tient et se tiendra comme toujours aux cotés du gouvernement djiboutien pour l’accompagner dans ses efforts de développement et de lutte contre la pauvreté.
Je vous remercie de votre attention.

Téléphone : (253) 35 33 71 — (253) 35 33 72 — (253) 35 43 54
Facsimile: (253) 35 05 87
E-mail : registry.dj@undp.org
B.P.: 2001 Djibouti
Boulevard Maréchal Joffre - Plateau du Serpent
République de Djibouti

_________________________ Rappel pour Mémoire.

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 31 JANVIER 2005
SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN

« J’ai espoir ! Avec cette jeunesse, j’ai espoir en l’avenir de la République de Djibouti ! » Madame Mbaranga Gasarabwe Représentante du PNUD (impression recueillie lors de la pause café le 30/01/05 du lancement des objectifs de développement du millénaire) .

Cet espoir peut et doit encourager le peuple djiboutien à combattre pour un véritable épanouissement de sa jeunesse, par un développement sans détournements, avec une volonté politique sans faille et transparente.

A) - Sur certains aspects du Rapport national.
Ce rapport comporte 7 chapitres à savoir :
1. Développement Humain : définition, mesure et contexte ;
2. Réduire l’extrême pauvreté de moitié ;
3. Assurer l’éducation primaire pour toutes les filles ;
4. améliorer la santé maternelle et réduire la mortalité infantile ;
5. combattre le VIH/SIDA, la tuberculose et les autres maladies ;
6. Préserver l’environnement afin d’améliorer la situation socio-économique des femmes ;
7. Mettre un partenariat global pour le développement.

Ce Rapport est volumineux, mais il peut-être consulté sur le site du PNUD.

Néanmoins, et ce dans le cadre de la prévention de tous dérapages possibles, quelques points concernant le dernier chapitre seront retenus.

Mettre un partenariat global pour le développement

Les points qui ne peuvent que décourager le partenariat mondial ainsi que la gestion de l’aide est celui de l’inefficacité des administrations nationales…Il est difficile de reprendre la totalité de ce point 7.2.2 dans cette diffusion mais, il est recommandé de prendre connaissance de la totalité du Rapport national sur le Développement Humain auprès de : E-mail : registry.dj@undp.org

Sont repris dans cette diffusion que des passages qui paraissent plus saillants, et doivent donc encourager tous les responsables politiques, tous les responsables de la société civile, notamment les syndicalistes responsables d’engager un combat sans merci, un combat quotidien contre tous les Abus de Pouvoir sources du démantèlement de l’Administration post-coloniale en République de Djibouti.

7.2.2 La gestion de l’aide : inefficacité des administrations nationales.
« Malgré son volume important, les performances de l’aide en termes d’impact sur les couches les plus défavorisées de la population ont été décevantes au cours des dernières décennies. Les indicateurs du développement qui ne cessent de se dégrader sont là pour témoigner de cette triste réalité. Le pays souffre d’un faible niveau des capacités institutionnelles et administratives qui ne permettent pas souvent l’absorption de l’aide surtout lorsque le volume de celle-ci est important et se traduit par des projets peu fiables donc voués à l’échec.

Nombreux sont les projets dont les financements ont été importants et qui ont donné naissance à des « éléphants blancs ». En effet ces mauvaises performances de l’utilisation de l’aide publique au développement est le fruit de la mauvaise organisation générale du secteur public tels que les effectifs pléthoriques et une motivation insuffisante des cadre intermédiaires des administrations. Dans la gestion de l’aide, les populations bénéficiaires ne sont pas consultées ou associées suffisamment du fait souvent de leur faible niveau d’éducation et sont considérées comme étant incapables d’influer dans le déroulement des différentes phases d’exécution des projets. Rares sont les projets d’intérêt collectif, comme la construction d’un puits d’eau potable dans les régions rurales ou la construction d’une école ou d’un dispensaire où la participation des populations bénéficiaires est prise en compte lorsqu’elle n’est pas simplement omise.

Le problème est le volet « animation/formation » des projets ne fait pas l’objet d’une attention particulière. Pourtant c’est cette phase qui permet la prise de conscience chez les pauvres des enjeux qui existent autour du projet à savoir : leur intérêt et la responsabilité qu’ils doivent tenir pour sauvegarder ces intérêts. Autrement dit la phase « animation/formation » détermine le degré d’implication des bénéficiaires et donc de la pérennité du projet par la suite. Les bénéficiaires qui y sont associés, ignorent les enjeux liés aux projets et viennent lors des ateliers « animation/formation »pour chercher les perdiems…

… Il se pose également la question de vulgarisation des projets car il serait illusoire de demander à ces analphabètes de monter un projet dans une langue qui ne serait pas la leur.

Tant que la réflexion n’est pas engagée dans le sens de la réforme du cadre d’utilisation de l’aide publique au développement, les projets de développement seront toujours sources d’inefficacités et ne sauront sortir les pauvres de leur quotidien miséreux.

Concernant l’aide destinée à l’assistance technique, des pratiques contestables et contre-productives servent comme règles de gestion. Les ateliers et les séminaires de formation à l’extérieur du pays ne bénéficient pas forcément aux cadres selon leur profil et leur compétence mais renforcent l’apanage des hauts fonctionnaires de l’administration qui utilisent ces ressources comme autant de prébendes pour gratifier leurs « obligés ». Si l’objectif principal de l’assistance technique est à priori de renforcer les capacités institutionnelles du pays en formant des cadres capables de relever les défis du développement, il est malheureux de constater que les moyens mobilisés par cette assistance sont mal utilisés.

Enfin, il est à craindre que l’amélioration de l’assistance extérieure que reçoit la République de Djibouti entame la volonté du pays à adopter et à poursuivre des politiques saines et à réformer les institutions inefficientes.

La récente amélioration de la situation des finances publiques reste fragile et seul la réalisation de réformes économiques pourra remettre l’économie nationale sur le sentier de la croissance durable.

Par ailleurs, la dépendance de l’aide extérieure affaiblit la responsabilisation et encourage la recherche de rentes et la corruption.

Les projets de développement sont devenus comme autant d’occasions d’enrichissement personnel et de redistribution, notamment pendant les périodes préélectorales. Ce phénomène entrave à terme le développement d’une société civile saine. Le problème et que si les autorités nationales sont davantage comptable de leurs actes devant les bailleurs de fonds, elles le sont moins devant leurs propres citoyens. Cette situation caractérise la faiblesse des institutions publiques et l’inefficacité des actions en matière de bonne gouvernance…

… Si la responsabilité nationale est largement admise dans l’échec pour l’utilisation de l’aide,il serait juste également de faire quelques remarques sur l’attitudes des bailleurs de fonds et l’efficacité de leur programme d’aide… »

B) - Souhaits de la LDDH
La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) se félicite de la clarté du Rapport National sur le Développement Humains présenté par Madame la Représentante du PNUD et Coordinateur Résident en République de Djibouti SE Mbaranga Gasarabwe et le Ministre Délégué chargé de la Coopération SE Mahamoud Ali Youssouf ;

Elle lance un Appel à tous(tes) les citoyens(nes) djiboutiens(nes) de faire preuve de courage et de lucidité pour combattre la mauvaise gouvernance et les échecs de la gestion administrative et financière ;

Elle demande à tous les responsables politiques, à tous les responsables de la société civile, notamment les syndicalistes responsables d’engager un combat sans merci, un combat quotidien contre tous les Abus de Pouvoir sources du démantèlement de l’Administration post-coloniale en République de Djibouti ;

Elle demande au Gouvernement de mettre en place en permettant au Ministre de l’Intérieur chargé de la Décentralisation d’appliquer dans les plus brefs délais les promesses du Chef de l’Etat lors de la présentation des meilleurs vœux au peuple djiboutien le 31 décembre 2003. Promesses qui fixaient les élections des Assemblées Régionales avant la fin de l’année 2004.

Les élections des membres des Assemblées Régionales avant les prochaines élections sont extrêmement importantes pour la transparence des élections de la fin du premier semestre 2005 et la transparence de la Bonne Gouvernance.

NOEL ABDI Jean-Paul

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.