ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


14/02/04 (B234) PORTRAIT D'UN HOMME POLITIQUE, JOURNALISTE DE LONGUE DATE, M. MAHDI IBRAHIM AHMED GOD.

 

Le Président

PORTRAIT D'UN HOMME POLITIQUE
JOURNALISTE DE LONGUE DATE
M. MAHDI IBRAHIM AHMED GOD

LE 7 FEVRIER 2004

Note liminaire.

Ce portrait doit nous rappeler que les différentes méthodes sournoises et injustes ont pour seul objectif de briser et de casser la carrière des jeunes djiboutiens qui combattent dans le rang de l'Opposition, et qui refusent de collaborer avec un régime foncièrement dictatorial.

C'est le cas de Mahdi, jeune intellectuel qui a toujours œuvré pour la Paix dans notre pays, qui a constamment participé au juste combat contre l'injustice discriminatoire à l'encontre des populations des régions du Nord et de l'Ouest de notre République, qui a courageusement dénoncé les différentes exactions, les différentes humiliations, les blocages des pièces d'identité qui marginalisent une partie de nos concitoyens considérés comme des populations apatrides dans leur propre pays.

Dans un pays comme le nôtre, où déjà un grand nombre de nos concitoyens s'exilent à l'étranger, il est difficile de supporter et de vivre sous un régime où les abus de pouvoir ne sont plus sanctionnés, où l'ouverture d'information judiciaire contre des juges " apparemment vénales " est automatiquement bloquée, où la Justice est sous la coupole d'une politique centralisée aux seuls intérêts d'un chef suprême. Franchement la situation sociale est dramatique pour un grand nombre du peuple djiboutien.

Mahdi en tant que membre fondateur de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains, a à chaque fois démontré sa disponibilité tout en restant à l'écart de notre Organisation des Défenseurs des Droits de l'Homme.

Mahdi est très connu par les djiboutiens tout comme son père feu Ibrahim Ahmed God, qui était très respecté avant et après l'indépendance pour son sérieux dans son travail, pour son franc parler, et surtout pour ses engagements et ses actions pour les droits de ceux que des hommes politiques ont considéré comme des minorités, et par d'autres comme des allogènes.

Feu Ibrahim Ahmed God est décédé le 3 avril 1990 suite à un accident de circulation, qui demeure pratiquement incompréhensible.
__________________________________________________________

HOMMAGE ET ENCOURAGEMENT
A
MONSIEUR MAHDI IBRAHIM AHMED GOD
COMBATTANT DE LA LIBERTE
ET DES DROITS HUMAINS


Nom: Mahdi Ibrahim Ahmed God

Date de naissance: 21 août 1957 à Djibouti

Profession : Commissaire aux comptes

Situation matrimoniale : Marié père de 5 (cinq) enfants

Les faits

Après ses études universitaires à Rennes, Mahdi Ibrahim a travaillé à la BCI-MR comme cadre. Il quitta son poste en mai 1991 pour se mettre à son compte et ouvre avec son épouse un Cabinet d'Audit Comptable et de Commissaire aux Comptes.
Déjà politisé, il se distingue dès le déclenchement de la guerre civile à Djibouti et fonde le 2 janvier 1992 avec d'autres jeunes intellectuels un mouvement politique dénommé Union des Démocrates Djiboutiens (UDD) dont le programme porte sur l'arrêt des hostilités et l'instauration d'une réelle démocratie.

Il fut pour la première fois arrêté par la police en mars 1992 lorsqu'il publia à titre de contribution patriotique à l'instauration de la paix et de la démocratie, un document de réflexion sur ce qui allait devenir la Constitution du pays en septembre de la même année.

Chargé des relations extérieures et du journal " Horizons ", c'est à la suite de la Conférence de l'Opposition politique et armée, tenue sous l'égide du FRUD, qui créa le Front Uni de l'Opposition Djiboutienne (FUOD) à Paris en juin 1992, que quelques mois plus tard Mahdi Ibrahim Ahmed fut choisi au poste de Porte-parole, chargé des relations extérieures et Responsable du journal de l'Opposition unifiée " AL-Wahda ".
Secondant et proche collaborateur du feu Président Mohamed Ahmed Issa dit Cheiko ce jeune homme politique se distinguait par son sérieux et son travail surtout en cette période charnière où la guerre sévissait dans le pays. Il dénonçait par ses écrits réguliers les pratiques du régime et les méfaits de la guerre tant sur la population civile que sur l'état et les finances du pays.

Ses premiers ennuis avec le régime qui avaient commencé dès janvier 1992, où il connut de multiples arrestations, interrogatoires, détentions arbitraires et autres pressions et répressions, s'étaient davantage accentués.

En décembre 1992, suite à l'appel au boycott des élections législatives lancé par le FUOD en raison de la guerre et de l'organisation de ce scrutin le jour anniversaire du massacre de la population civile de la cité d'Arhiba le 18 décembre 1991 que Mahdi Ibrahim Ahmed fut arrêté et détenu arbitrairement pendant 3 jours.

Relâché, le régime prend d'assaut son domicile vers 5 h 30 du matin, au lendemain des consultations électorales prétextant que Mahdi Ibrahim Ahmed détiendrait un stock d'armes. Un représentant de l'Ambassade de France dépêché sur les lieux pour la protection de son épouse française et de ses enfants comme ses avocats étaient choqués par l'important dispositif militaire déployé pour une perquisition arbitraire qui se soldait par un non-lieu.

Quelques mois plus tard, outre les pratiques illégales utilisées à son encontre et à sa famille, Mahdi Ibrahim Ahmed est cette fois-ci victime d'un accident simulé avec deux véhicules de la garde présidentielle à la veille d'une importante manifestation pacifique commémorant le deuxième anniversaire de la tuerie d'Arhiba dont la journée avait été décrétée par le FUOD Journée Nationale des martyrs de la dictature. Cet attentat lui a heureusement causé des dégâts matériels importants sur sa voiture. Sa plainte avait été refusée par la justice.

En plus des coupures illégales d'électricité, d'eau, de téléphone, le régime s'attaquait désormais à son activité professionnelle. Des redressements fiscaux d'origine strictement politique commencent alors à saboter son travail. Entraves administratives qui culminent avec la saisie, par le Trésor national, d'un véhicule neuf d'une valeur de plus de 2,4 millions FD, appartenant à son épouse.

Les interpellations et les détentions préventives à son encontre se suivent, tandis que ses clients commencent à être menacés par le biais des services fiscaux de l'administration, qui leur déconseillent, plus fiscalement qu'amicalement, de confier leurs comptes au Cabinet Comptable privé qu'il gère avec sa femme.

La tenue de la seconde Conférence du FUOD à Addis-Abeba en janvier 1994 et les résolutions signées avec le FRUD ont été encore une fois une raison pour la dictature qui arrêta et emprisonna M. Mahdi Ibrahim A. God, le Président du FUOD Mohamed Ahmed Issa dit CHEIKO ainsi que deux autres membres du Comité de Direction pour " complot contre le régime ".

Libéré trois mois et demi plus tard, il devait sacrifier une autre affaire familiale qu'il gérait pour la succession de son père, du fait d'un nouveau redressement fiscal impossible d'honorer.

Le régime, de la manière la plus illégale, allait par la suite user de tous les moyens illégaux pour non seulement terroriser la famille de l'opposant mais aussi procéder à son arrestation à répétition et à son emprisonnement à Gabode, pour diverses raisons relevant essentiellement de ses activités politiques dans le pays et de son engagement aux côtés des forces démocratiques. En effet, en juin 1996, le pouvoir en place ayant connu une scission en son sein, Mahdi Ibrahim Ahmed a encore subi l'acharnement du système qui, de la manière la plus illégale et sans mandat de perquisition, a violé son domicile et son bureau et procédé à la saisie de son matériel informatique et de ses archives. La raison qui a présidé à ce coup de force de la Force Nationale de Police, sur instructions directes de la Présidence de la République, n'était autre que la signature d'une charte avec la partie du parti unique RPP-GDR qui venait de grossir le rang de l'opposition.

Quelques jours de détention arbitraire suivirent. Chose qui ne décourageait pas cet homme épris de liberté et de justice.

Mahdi Ibrahim Ahmed recourt à un prêt bancaire pour remplacer ce premier lot de matériel. Seulement, la police politique débarquait chez lui dans l'après-midi du 20 octobre 1997 pour saisir tout son nouveau parc informatique et l'ensemble des archives et documents de son Cabinet d'expertise comptable. Action qui mit fin à l'activité professionnelle de M. et Mme Mahdi Ibrahim A. God, ne pouvant plus travailler sans leur matériel financé en partie par des emprunts auprès des banques de la place, assortis de la caution hypothécaire du domicile de la succession de son père.

Le décès brutal de son Président Mohamed Ahmed Issa dit Cheiko le 26 novembre 1997, le met à la tête de la coordination de l'opposition djiboutienne. Dénonçant l'absence de paix dans le pays malgré la signature avec une partie dissidente du FRUD, le boycott des élections législatives de 1997 et l'intransigeance politique du FUOD face au vernis démocratique du régime entraîna l'arrestation et l'incarcération dans la sinistre prison de Gabode de Mahdi Ibrahim Ahmed pour délit d'opinion.
Un tel acharnement permanent sur ce jeune homme politique, est aussi sa nouvelle arrestation en 1998 et un autre séjour pour le même délit.

A trois mois de l'élection présidentielle d'avril 1999, Mahdi Ibrahim Ahmed déjà économiquement exsangues avec les multiples entraves de son travail retourne en prison au motif d'un énième redressement fiscal, alors qu'il avait déjà été mis manu militari en présence des plus hauts responsables de la police politique. Il demeura inflexible face à toutes leurs menaces qui se fondaient sur une vision tribale des enjeux politiques de l'avenir djiboutien : ne combats pas avec telle communauté ! Rien n'y fit : lorsqu'un démocrate convaincu a choisi son camp, les vieilles méthodes tribalistes héritées de la période coloniale ne peuvent nullement entamer sa détermination.
Face à cet échec des techniques classiques, le régime a décidé depuis 2000, d'opportunément lancer les créanciers à sa poursuite, pour définitivement détruire son caractère et sa réputation. Le Cabinet chassé de ses clients n'est plus en mesure de rembourser les prêts et la banque dont une partie du capital social appartient à l'Etat vend le domicile de son père.

Car, le régime espère dans cette affaire que chacun aura oublié l'essentiel : avant son acharnement, le Cabinet Barron-God d'expertise comptable, par son sérieux et sa confidentialité, enregistrait un des chiffres d'affaires les plus importants de son secteur sur la place djiboutienne, comme elle a toujours honoré ses dettes financières. Malgré cela, M. Mahdi a été condamné sans avoir été convoqué et à la demande du Ministre des Finances (l'actuel) à 18 mois de prison ferme, après que le Procureur ait délivré un réquisitoire d'incarcération. Contre toute logique juridique, il a néanmoins été libéré au bout de deux semaines, sans qu'aucun justificatif ne lui ait été délivré. S'il y en a encore qui n'ont pas compris qu'il s'agit d'une affaire strictement politique, c'est à désespérer des facultés humaines de discernement !

En avril 1999, bien évidemment, Mahdi Ibrahim Ahmed est dans l'Etat-Major du candidat de l'opposition M. Moussa Ahmed Idriss, spolié de sa victoire. A la sortie des élections, il anima le journal de l'opposition réunie au sein de l'ODU, en tant que Rédacteur en Chef du " Le Temps ".

En mai de la même année il est membre fondateur de notre Association la LDDH, mais a choisi de continuer son combat politique pour la paix et la démocratie dans le pays.
Cette paix interviendra le 7 février 2000, avec la signature à Paris de l'Accord-Cadre de paix et de concorde civile entre le Frud-Armé et le Gouvernement.

M. Mahdi Ibrahim Ahmed a toujours été d'une constance absolue dans ses activités politiques en faveur de la paix et de la justice à Djibouti. Il a comme nous le connaissons contribué énormément à la prise de conscience de la population sur la situation dramatique du pays, tenu par une poignée d'hommes avides et foncièrement dictatoriaux.

C'est naturellement allié politique du Frud-Armé que Mahdi Ibrahim Ahmed, troisième Président du FUOD et tout son Comité Exécutif rejoindront l'Alliance Républicaine pour le Développement. Membre du Comité Exécutif de son parti, il est aussi dans l'Etat-Major de l'Union pour l'Alternance Démocratique qui réunie toute l'opposition.

Il fut d'ailleurs candidat aux élections législatives de Janvier 2003, dans la liste de l'Opposition de l'Union pour l'Alternance Démocratique (UAD ).

Toujours animé par cette volonté d'écrire la vérité sur la politique du régime, il est aussi le Co-Directeur du journal de son parti " Réalité ".

Dire que la répression politique de ce régime explique pour une large part la fuite des compétences nationales est une douce litote. Mais, malheureusement pour ces forces occultes, M. Mahdi n'a jamais été du genre à se laisser intimider par les menaces et à quitter son pays. C'est pourquoi il comparait encore en 2004 au motif qu'il devrait de l'argent à une banque de la place, alors qu'au fond il s'agit d'une affaire éminemment politique.

En résumé.

Monsieur Mahdi Ibrahim Ahmed God a subi toutes sortes de répressions, de menaces, d'humiliations et de procès iniques.

Le cas de M. Mahdi Ibrahim A. God fait partie des plus flagrants et s'est étalé sans discontinuer de 1992 à ce jour, soient douze (12 ) ans de supplices, que les régimes aux méthodes dictatoriales utilisent fréquemment à l'encontre des opposants et contre les forces vives qui revendiquent la liberté dans la Paix , l'égalité et la Justice sociales.

Par conséquent :

la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) lance un Appel à l'opinion nationale et internationale, ainsi qu'aux Organisations Internationales des Droits de l'Homme, et à Reporter Sans Frontière pour dénoncer ce genre de pratique, contraire aux respects de la dignité humaine ;

la Ligue Djiboutienne des Droits Humains ( LDDH ) exige du Gouvernement Djiboutien et principalement du Chef de l'Etat de procéder à l'indemnisation et à la restitution sans conditions de tous ses matériels et biens personnels, tout en mettant fin à toutes les pressions infligées à M. MAHDI IBRAHIM AHMED GOD, qui est un véritable responsable épris de Justice, de Démocratie et réellement convaincu de la nécessité urgente à l'instauration d'une véritable volonté politique pour l'Unité et l'Egalité nationales dans notre pays. Son combat constant et continu le prouve.

Par des motifs de moralité

Hommage et Encouragement au vaillant Mahdi Ibrahim Ahmed God.

Votre courage et votre ténacité serviront d'exemple à toutes les forces vives et à la jeunesse de la République de Djibouti.

Même si la lutte est longue, la victoire pour la Paix dans la Justice Sociale est inéluctable, et l'ère du refus de l'impunité s'ouvre avec beaucoup d'espoir.


NOEL ABDI Jean-Paul

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.