ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


28/11/03 (B222) Le vendredi 21 nov 2003, M.ALI ABDILLAHI IFTIN ex-Commandant de la Garde républicaine et ex-Patron de la Sécurité du Président Gouled et M.MOHAMED SALEH ALHOUMEKANI ex-Commandant Adjoint de la Garde Républicaine et Chef de la Sécurité Adjoint de Gouled, ont été invités par une équipe de journalistes travaillant pour l'émission "SeptAhuit" de TF1, pour répondre à une interview dans le cadre de l'affaire Borrel. Ça se gâterait pour IOG et pour ses complices !

Le journaliste, M.Laurent DELHOMME, vient de rentrer de Djibouti, où il est resté une semaine pendant laquelle, il a eu l'occasion de rencontrer certaines personnes qui ont accepté de donner leur version et d'apporter leur témoignage public.

Extraits de l'interview (A l'heure actuelle, nous ne disposons pas d'une transcription précise des termes de l'interview, mais nous avons reçu des indications suffisantes pour publier cette information - L'ordre des questions n'est pas obligatoirement respecté) :

Le journaliste informe les deux anciens militaires, qu'au cours de leur déplacement à Djibouti, il a réalisé des interviews qui ont été enregistrées et qu'il aimerait avoir leur réponse sur des déclarations / accusations qui ont été portées à leur encontre.


Question A : Djama, le Procureur, a dénigré vos capacités personnelles

Caricature du Procureur Djama Souleiman, réalisée à l'époque, à partir d'une photo extraite d'une interview télévisée.
Le journaliste : "Le Procureur de la République de Djibouti, M.DJAMA SOULEIMAN OMAR, aurait affirmé qu'Alhoumekani était un élément dangereux pour la Sociétédjiboutienne, qu'il avait un passé médiocre, et qu'il trouvait très curieux, le fait que des "terroristes" comme Awaleh Guelleh et Adawani puissent s'être rendus au Palais présidentiel pour y rencontrer des personnes dignes et propres comme Hassan Saïd ou le Colonel Mahdi. Il a trouvé aussi qu'il était grotesque de prétendre qu'Alain ROMANI était présent lui aussi, car en réalité, il étaità l'île de la Réunion à ce moment-là."

_________________________

 

Réponse d'Alhoumekani :
Il ne faut pas avoir peur d'affirmer que ce procureur est un homme malhonnête.

Prenons point par point.

1 - D'abord, il se cache sous une fausse identité. Son vrai nom lui a été donné par sa famille d'accueil à Djibouti, dont le chef est Djamma Hersi Ahmed. Cette famille l'a adopté, à son arrivée de l'Ougaden en Éthiopie (où il est né) et l'a élevé.

Les circonstances et les liens familiaux / tribaux ont permis sa naturalisation à l'époque. Ensuite, c'est Hassan Saïd qui lui met le pied à l'étrier au sein de la Justice djiboutienne. Leurs deux mères sont de la même tribu : DARODE.

2 - Souvenez-vous, car cela a été dénoncé à l'époque, que l'épouse de Djama Souleiman, avait été arrêtée et placée en détention par les autorités australiennes alors qu'elle demandait à bénéficier du statut de réfugiée politique à Sydney. Elle a été accusée et reconnue coupable de détention de faux documents d'identité. C'est elle-même qui me l'a confié un jour où elle avait forcé sur l'alcool, alors que son mari était en déplacement.

 

En janvier 2002, le Procureur Djama, qui a fait spécialement le voyage, rencontre Alhoumekani dans un grand Hôtel de Bruxelles et il tente d'acheter son silence dans le cadre de l'affaire Borrel. Alhoumekani a fait prendre ces photos et il affirme qu'il détient aussi un enregistrement sur cassette de la conversation.

3 - (Alhoumekani poursuit) En janvier 2002, pour acheter mon silence, le Procureur a demandé à me rencontrer à Bruxelles où il m'a offert des millions.

 

NDLR : Si les faits sont confirmés, il s'agit de l'une des plus graves affaires de subornation de témoin. Ce n'est pas la partie adverse qui la conduit, mais ... le Procureur en charge du dossier. Est-ce un cas unique dans les annales judiciaires ?

4 - en conclusion. Si les affirmations du Procureur étaient exactes, je m'interroge sur les raisons qui l'ont conduit à Bruxelles pour tenter d'acheter mon silence et de renier mon témoignage devant la Justice française ... ? Outre le rendez-vous que nous avons eu dans un grand hôtel de Bruxelles, il a aussi rencontré mon avocat dans son bureau et il m'a remis une proposition et des documents écrits que je détiens.

Ces documents contiennent les termes du marché qu'il me proposait et de la déclaration que je devais faire en échange pour revenir en quelque sorte sur mon témoignage, afin de dédouaner IOG ... Je devais en effet préciser que je m'étais trompé et qu'il ne s'agissait que d'une simple réunion de Sécurité au Palais présidentiel et que j'avais du faire erreur en croyant reconnaître Alain Romani.

Je détiens aussi des enregistrements audiovisuels sur la réponse d'IOG ..

________________


IFTIN prend la parole :
Il précise que c'est IOG, en personne, qui lui avait demandé d'affecter TROIS pistolets automatiques à Alain ROMANI.

Il ajoute que Me Alain Martinet est un homme malhonnête et incompétent, car c'est lui qui a participé volontairement et volontairement à la pression qui l'avait contrainte à signer la fausse déclaration à Djibouti, afin de protéger sa famille, qui était menacée.

_____________________________________________________

Question B : Que pensez-vous de votre procès qui s'est tenu à Djibouti ?

Le journaliste :
"que pouvez-vous nous dire sur votre procès qui s'est tenu à Djibouti. Même si, à mon avis, je le trouve ridicule puisque vous-même, le principal intéressé, vous avez pas été convoqué ..."

Alhoumekani : "notre justice est corrompue et pourrie ! Les magistrats ne sont pas indépendants. Ils reçoivent directement leurs ordres du Palais présidentiel. Prenez par exemple, le procès du Général Yassin Yabeh, qui avait accusé IOG d'avoir commis le premier Coup d'État en organisant une fraude électorale massive lors des élections présidentielles de 1999. Il est mort en prison, parce qu'IOG a refusé qu'on lui donne les soins médicaux nécessités par son état de santé. Non assistance à personne en danger."

"En ce qui concerne mon procès, je confirme qu'il n'a aucune valeur ni aucun sens, puisque je n'ai même pas été convoqué, alors que Djama le Procureur connaissait bien mon adresse, puisqu'il avait su me contacter pour me rencontrer à Bruxelles."

_____________________________________________________

Question C Pour quelles raisons, le Procureur a-t-il affirmé que vous étiez sous la protection du Général Fathi .

Le journaliste : "Djama, le Procureur, affirme aussi que vous étiez intouchable à l'époque, car vous étiez, en quelque sorte, sous la protection du Général Fathi".


Alhoumekani : c'est absolument faux. Il suffit de lire l'ordre de mutation qui m'a conduit au Palais présidentiel : c'est le Général Zaccaria qui l'a signé !"


NDLR : on peut s'étonner de cette affirmation de Djama. Ne lui aurait-elle pas soufflée par Guelleh, dans les faits ?

Est-ce une confirmation des rumeurs qui feraient état de tensions graves et persistantes entre Guelleh et le Général Fathi (soutenu par Zaccaria) ?

On peut se demander quelle est la nature du malaise que l'on constate entre Guelleh et son armée ? Le fait que ce soit le Premier Ministre Dileita qui ait été délégué à la fête de l'AND en juin 2003 et non le Président, comme le voulait la tradition, est-il un signe ?
en conclusion : Peut-on dire que Guelleh se méfie probablement des militaires et qu'il en aurait même peur ?

________________________________________

 

Caricature d'Hassan Saïd, le puissant Chef de la SDS, réalisée à l'époque, à partir d'une photo extraite d'un reportage de Canal +.
Le journaliste poursuit en nous indiquant qu'Hassan Saïd a refusé de répondre à ses questions. On peut imaginer, qu'Hassan Saïd, qui avait été filmé par Canal +, au moment où il confirmait que la réunion décrite par Alhoumekani avait bien eu lieu et qu'il précisait la position de chacun des personnages.

Question D : avez-vous des informations sur les relations, à l'époque, entre Moumin Bahdon, le Ministre de la Justice et le Juge Bernard Borrel ?
Le journaliste poursuit en reprenant les affirmations du Procureur Djama : "Saviez-vous que Bernard Borrel, avait énormément de problèmes avec son Ministre de tutelle ? "

Alhoumekani : "Vous savez, je dépendais du Ministre de la Défense nationale et hiérarchiquement, du Chef de la Sûretéde l'État de l'époque : IOG. Vous devriez poser la question au Ministre de la Justice de l'époque qui était Moumin Bahdon et qui me semble bien placé pour répondre à cette question."

Le journaliste : "Effectivement, nous avons demandé à le rencontrer, mais il a refusé"

Le journaliste à Iftin : "vous avez déclaré publiquement que vous aviez surpris une conversation entre IOG et Hassan Saïd, dans le bureau du premier étage et qui aurait porté sur un européen qui dérangeait beaucoup la République. Pouvez-vous préciser a date exacte ?"

Iftin : "C'était au mois de septembre 1995, quelques jours avant la disparition du Juge Borrel.

Le journaliste : "Mais que se sont dit exactement les deux hommes ?"

Iftin : "Ils disaient que ce 'blanc' se mêlait d'affaires qui ne le regardaient pas et que, dans son propre intérêt, il devrait sen écarter. IOG n'a pas prononcé le nom de cette personne, mais il était clair, qu'il parlait d'un français.

Oh, ce n'est pas une nouveauté ... IOG a toujours fait disparaître tous ceux qui le dérangeaient. Combien d'accidents de circulation, de malaises inexpliqués, d'empoisonnement, jalonnent la carrière de cet homme ?

Prenez mon cas. Sous la menace du chantage d'Hassan Saïd et pour éviter, selon ses propos, que ma femme et mes enfants ne payent pas de leur vie, j'ai été contraint d'accepter les termes de la fausse déposition qui a été rédigée par Me Martinet et de me rendre chez Me Koran pour la signer officiellement. Lorsque je suis arrivé à l'étude : tout était prêt : il ne manquait que ma signature ....

_____________________________

Question D : L'affaire Borrel. Quel est votre sentiment ?


Le journaliste : "que pensez-vous de l'affaire Borrel ?"

Alhoumekani : "Seule la Justice peut répondre. Ce qui est sur aujourd'hui, c'est que je n'ai pas menti ! Les différents experts ont confirmé qu'il s'agissait bien d'un assassinat et non d'un suicide.

Je tiens à rappeler, que je n'ai jamais accusé les personnes que j'ai désignées parce qu'elles participaient à la réunion au Palais : IOG, Hassan Saïd, Mahdi, Romani et les deux terroristes, d'être les assassins du Juge Borrel.

J'ai juste déclaré que je les avais entendus parler de la mort "d'un juge fouineur", et du fait qu'il n'y avait plus de traces et donc plus d'inquiétudesà avoir, comme l'a dit Mahdi, en réponse à la demande de Romani. C'est le Colonel Madhi qui a ajouté que le registre qu'on appele main-courante dans la Gendarmerie était entre ses mains."

Le journaliste : "Votre famille a-t-elle été menacée, depuis votre témoignage ? Nous avons constaté, lors de nos déplacements dans Djibouti, que nous étions suivis en permanence."

Iftin et Alhoumekani : "Jusqu'à présent et fort heureusement, nos familles n'ont jamais été menacées sérieusement. Cela ne concerne que les petites tracasseries habituelles, que l'on inflige aux familles des opposants, dans un pays qui est dirigé par un dictateur et une équipe mafieuse. Pour nous, c'est devenu malheureusement une routine, une habitude. De toutes les manières, le peuple djiboutien, sans aucune exception, souffre actuellement et nous espérons un changement dans l'avenir.

Djibouti est un état policier.

IOG applique la formule policière pour tenir le peuple. D'une main de fer, il gouverne ce pays et il applique les méthodes qui ont toujours été les siennes. Rappelons qu'avant d'être Président, il était un policier. Sa méthode est constante : il fait peur, il incarcère, il détruit, il élimine, il fraude, il falsifie etc...; et les droits de l'Homme sont bafoués tous les jours, dans notre pays, comme vous l'avez constaté."

Le journaliste : "comment expliquez-vous que des terroristes incarcérés à l'époque aient pu entrer au palais pour participer librement à une réunion ?"

Alhoumekain et Iftin :
"ce sont des choses courantes à Djibouti. En 1988, M.SOUGAL (Président de la Sogik, Syndicat du Khat) a été assassiné en pleine rue par une personne qui aurait du se trouver à l'intérieur de la prison de Gabode. Il paraîtrait qu'Hassan Saïd, alors Directeur Adjoint de la SDS de l'époque, étaità ses côtés. C'est donc monnaie courante.

Quand à Me MARTINET, un jour, il faudra bien qu'il explique, devant la Justice française sa tentative de subornation de témoins. Nous avons, en effet, déposéune plainte devant la Justice française, à son encontre et à l'encontre de ceux qui sont coupables à nos yeux des mêmes faits.."

Le journaliste : "Pourquoi et qui aurai voulu, d'après vous, la mort du juge Borrel ?"

Alhoumekani et Iftin :
"IOG a toujours été anti-français.

Depuis qu'il a reçu un colis piégé"bombe"qui lui a été envoyé depuis le Sud de la France, le 30 décembre 1994, il est persuadé que les Services secrets français veulent sa peau ... "DGSE / DST".

De plus d'après les enquêteurs de la Gendarmerie djiboutienne conduits par l'ancien Lieutenant Zaccaria, devenu Lieutenant-Colonel depuis, le juge borrel faisait des investigations sur l'attentat du Café de Paris et sur d'autres pistes mafieuses.

Comment expliquer l'ascension fulgurante ce cet officier qui a gagné autant de gallons en six ans, si ce n'est en remerciement des services rendus au régime ? "

_________________________________________

Question F : la situation économique à Djibouti est catastrophique

Le journaliste : "Comment voyez l'avenir de Djibouti ?"

iftin et Alhoumekani
: "très incertain. Il faudrait que la France prenne très rapidement des décisions, car cela risque de devenir très dangereux, tant que ce dictateur et cette équipe mafieuse seront au pouvoir. Vous avez constaté vous-même la pauvreté dans la ville et dans les quartiers"

Le journaliste : "oui, j'ai vu cela et j'ai pris des images sur la façon dont vivent les gens, sur leur pauvreté. La situation économique à Djibouti est catastrophique"

Alhoumekani : "le GED dénonce tous les jours, ce régime mafieux, qui détourne des millions au détriment de la population et qui le fait avec la couverture des puissances présentes sur place"


Le journaliste : "Messieurs, je tiens à vous remercier de m'avoir accordé cet entretien."

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.