ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


01/03/2012 (B645) LDDH : Remise à Madame l'Ambassadeur des USA, du rapport sur la situation à Djibouti et sur les risques d'explosion sociale.

Le Président

Rapport sur la situation à Djibouti et sur les dangers d'une explosion sociale, qui sont la conséquence de la concentration du pouvoir entre les mains d'un seul homme et de la dégradation de tous les services de l'état.

LETTRE DE REMERCIEMENT
A Madame l’Ambassadeur des Etats-Unis


Excellence, Madame l’Ambassadeur,

Oui, c’est dans les moments difficiles que l’on reconnait ses amis, que l’on reconnait celles et ceux qui vous respectent, vous aident, vous écoutent et surtout s’inquiètent de la situation de votre Peuple, d’autant plus que la spirale de la pauvreté nous absorbe complètement, alors que la fuite des capitaux bat son plein et le blanchissement de l’argent sale continue en toute impunité à travers et avec la prolifération et la création d’une flopée de Banques de 3ème ou 4ème rang, faisant de notre pays la plaque tournante pour ne pas dire la « Terre d’Echanges et des Rencontres des membres de la mafia régionale, des divers trafics de d’armes et divers autres trafics illicites sans oublier le lieu de repos et de dépôt d’argent des pirates de mer. »

Votre invitation est un honneur pour nous, membres de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH), membre affilié à la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH), membre affilié du Réseau de East and Horn of Africa et à l’UIDH, membre correspondant de Human Right Watch, d’Amnesty International, de Front Line et tant d’autres Organisations comme l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), et Reporters Sans Frontières, des Avocats Sans Frontières qui aujourd’hui défendent le Juge Intègre Mohamed Cheick SOULEIMAN arbitrairement incarcéré depuis 3 mois, etc.

Permettez-moi, à travers vous et en cette occasion de témoigner tous mes remerciements à Mr. BRETT votre Conseiller Politique qui doit bientôt rentrer, ainsi que l’Ambassade de France et le Consulat de France, de l’Ambassade d’Allemagne et celui du Canada, de l’Union Européenne qui se sont toujours invertis à nos côtés, dès qu’on nous arrête et emprisonne. Aujourd’hui, votre aimable invitation est un signe fort de la crédibilité que votre Ambassade nous a constamment témoigné.

I can only say to you thanks a lot, and I will never forget.

Depuis une vingtaine de jours j’étais malade, hospitalisé et je suis en convalescence, mais j’ai tenu à venir pour vous apporter notre modeste contribution.

Je serais bref, car ma voix ne porte plus comme avant.

Permettez-moi de vous donner lecture de notre Rapport de trois pages simplement et vous prie d’informer votre Gouvernement, et les Honorables membres du Congrès et du Sénat des USA, et en particulier les membres des Commissions des Droits de l’Homme du Congrès et du Sénat.

Merci de votre aimable attention,

NOEL ABDI Jean-Paul

____________________________________________

RAPPORT A L’AMBASSADRICE DES ETATS-UNIS
En République de Djibouti
sur les dangers de la dictateur qui règne
par les crimes organisés avec une équipe de la mafia régionale.

Djibouti, le 29 février 2012

_____________________________________________

RAPPORT SUR LA SITUATION ACTUELLE À DJIBOUTI, TOUJOURS DANGEREUSE

La situation actuelle à Djibouti est dangereuse et risque de provoquer une explosion sociale à la somalienne .Ceci nous inquiète profondément et nous interpelle, pour multiples causes.

En effet, la population Djiboutienne souffre de tout les maux d’un Etat vide qui s’explique par un manque des services sociaux de base et d’une anarchie totale:

Le système de santé :
Nous constatant ces derniers temps une défaillance grave de notre de système de santé publique due aux mauvaises politiques de santé prises par le gouvernement et plus particulièrement par le ministère de la santé qui sont déconnectées de la réalité sociale dure qu’affronte les citoyens Djiboutiens .En effet, on constate :

  • un accès limité aux services de santé de base du à un prix élevé des frais médicaux et à un manque des soins de santé de qualité ;
  • autre chose, les hôpitaux sont devenus des véritables mouroirs ou il n’y a même pas des médicaments et des produits sanitaires de première ligne ( sirop ,pansements ,produits aseptiques) à tel point que les malades hospitalisés sont obligés à se procurer les médicaments et les produits d’injection de la pharmacie.
  • les personnels de santé ne sont pas payés régulièrement et cumulent des arriérées des salaires depuis longtemps. Ce qui est démoralisant et qui se répercute sur la qualité des soins de santé fournie par ces personnels de santé.
  • une épidémie de VIH/SIDA qui se généralise avec un taux de prévalence qui est estimé à 2,9 % de la population totale et où la transmission du VIH/SIDA s’observe aussi parmi la population générale.
    Alors comment peut-on expliquer cet échec alors que tant d’efforts considérables et des sommes d’argent colossales octroyées par le Fonds Mondial ont été investit dans ce domaine ?
  • De même, la population Djiboutienne ne bénéficie pas d’une assistance sociale ni d’une assurance sanitaire qui puissent les couvrir et en particulier les populations les plus vulnérables.

Le système éducatif :
De même, notre système éducatif n’est pas épargné aussi des défaillances constatées dans notre système de santé conduisant ainsi à un malaise général dont souffre quotidiennement la population djiboutienne par un manque des services sociaux de base ainsi .

En effet, malgré des progrès enregistrés en ce qui concerne le taux brut de scolarisation, la qualité de l’éducation reste très insuffisante avec un faible taux d’achèvement du primaire, un niveau de français des élèves très bas ,un taux faible des enseignants compétents , le sureffectif du nombre d’élèves par classe et un taux d’alphabétisation en forte augmentation.

S’y ajoute, on remarque ces dernières années le fleurissement des écoles parapubliques important en nombre qui semblent pallier l’inefficacité des écoles publiques. Cependant, ces écoles n’ont pas produit les effets escomptés dus au nombre important des étudiants et un manque des enseignants compétents conduisant ainsi en somme une éducation de masse fabriquant l’ignorance.

Cette défaillance de notre système éducatif est due à une mauvaise gestion des ressources humaines et financières, à l’adoption des approches pédagogiques et des méthodes d’enseignement non conformes à la réalité djiboutienne sans oublier les politiques d’éducation(les Etats Généraux de l’Éducation en 1999) prises basées sur la quantité au détriment de la qualité en sont les causes.

Le social :
Par ailleurs, le marasme semble se généralisé .En effet, on assiste ces derniers années à un tableau noir de la situation où toutes les dérives sont possibles .Nous remarquons :

  • une pauvreté endémique et généralisée et un chômage massif (740/0 de la population active et 900/0 des jeunes);
  • une hausse des prix des denrées alimentaires de base incroyables et une fiscalité élevée qui contraste avec les revenus et le pouvoir d’achat des citoyens qui se répercute pourtant sur leur dos ;
  • une insécurité alimentaire structurelle (voire les multiples alertes de l’USAID) et une malnutrition sévère infantile touchant des nombreuses populations ;
  • les conditions d’habitat restent très précaires;
  • un niveau de vie très bas et une précarité généralisée ;
  • un manque persistant d’accès à l’eau potable et des réseaux d’assainissement public et d’hygiène publique qui constituent les sources des épidémies de choléra et des diarrhées qui apparaissent fréquemment à Djibouti causant des nombreux morts autant parmi les populations rurales qu’urbaines;
  • un accès limité aux réseaux électriques et un cout élevé de l’électricité malgré des réelles opportunités existant comme la ligne d’interconnexion électrique Djibouti-Ethiopie, des potentiels géothermiques, l’énergie solaire et l’éolienne ;
  • la banqueroute et la récession de notre pays est à nos portes avec un endettement très élevé (60% du PIB) dépassant le seuil critique, des déficits budgétaires excessifs, une dévaluation de notre monnaie à ne pas exclure.

Pourtant, le FMI a accepté le décaissement immédiat de 6.246.000 DTS (environ 9,7 millions $ US) en accordant des dérogations au régime voleur en justifiant ces dérogations par « l'augmentation des prix mondiaux des matières premières et de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique ».

Alors que les causes profondes de cette faillite sont bien connues du FMI à savoir l’impunité officielle ,la corruption généralisée, le détournement systématique des fonds publics et sociaux, le népotisme et la gabegie qui constituent autant des maladies gangrenant depuis longtemps l’économie et les finances publiques de notre pays.

________________________________

La liste est loin d’être exhaustive et la situation est au bord du gouffre. Donc il est temps d’agir et d’apporter des solutions efficaces et rapides pour rappeler les autorités à l’ordre.

La politique, le système judiciaire, l’état des droits de l’Homme à Djibouti et le système parlementaire : D’autre part, il mérite de se pencher un peu sur la démocratie et l’Etat de droit, la bonne gouvernance, le respect des droits humains, la transparence dans la gestion des deniers publics et des biens sociaux et finalement le processus électoral transparent. Bref d’étudier la réalité Djiboutienne.

En effet, premièrement
il faut noter que le pouvoir est personnalisé et détenu à 99 % par un seul homme, M. GUELLEH qui exerce le plein pouvoir en détournant la volonté et la souveraineté populaire du peuple djiboutien par la violation de la Constitution adoptée par le referendum du 4 Septembre 1992.S’y ajoute, le pouvoir exécutif est concentré et exerce une influence sur le pouvoir judiciaire.

Ce qui est en violation flagrante des principes démocratiques tels que la séparation des trois pouvoirs, l’indépendance de la justice de toutes les interférences de l’exécutif ainsi que des influences tribales sur les décisions judiciaires, et de l’inamovibilité des magistrats qui sont définis dans notre Constitution, sont toujours bafouées ostensiblement.

Deuxièment, il est important de soulever que la République de Djibouti est dans un Etat vide qui s’explique par un manque des institutions républicaines efficaces répondant aux besoins réels des citoyens et une absence totale de la qualité de la gestion budgétaire et de l’administration publique du à un manque de transparence et de contrôle juridictionnel et de lutte contre la corruption .

Pourtant il existe des Institutions suprêmes d’audit : la Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire (incendiée pour ne pas révélée les vérités) et l’Inspection générale d’Etat (IGE).Que font-ils alors ? Quels sont les rapports d’audits rédigés et rendus publics par ces institutions ?

Troisièment, on assiste aux agissements d’un Etat voyou se permettant de faire tout : arrestations arbitraires, emprisonnements illégaux ,actes de tortures cruelles à l’égard même des défenseurs des droits de l’Homme, non-respect et violation des droits humains et libertés fondamentales…etc.

Pire encore le système de parti unique est toujours instauré en régime politique où un seul député membre de l’opposition ne siège à l’Assemblée nationale malgré un multipartisme etablit.S’y ajoute, un système électoral opaque.

Quelle folie ? Quelle hypocrisie ?

Pourtant il y a eu des élections législatives, régionales et présidentielles.

Qu’ont-elles apportées à la Nation et aux aspirations du peuple djiboutien ?

Rien du tout ! Rien du tout ! Que du malheur et des destructions sur tous les plans.

Enfin, je conclus mes propos en disant à M. GUELLEH : « Ce n’est pas en violant la Constitution que l’on fait avancer la démocratie ».

NOEL ABDI Jean-Paul
Coordinateur du Conseil National
Affilié à la LDDH

Saïd HOUSSEIN ROBLEH
Défenseur des Droits de l’Homme et Secrétaire

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.