ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti
Rechercher
un article

Périodes disponibles :
Sept. 99 - Juin 00
et depuis le 12/02/02
Reconstituer l'intégralité d'un numéro
Depuis le 12 février 2002 (N° 133)
Plan du site
Histoire du site
et accueil nouveaux lecteurs
Vous abonner / désabonner /
(gratuit et anonyme )
Liens

Conditions
de publication
et de reproduction
de nos articles

Informations légales
et contacts
Avertissement
L'ARDHD publie les contributions des Djiboutiens qui ne peuvent pas s'exprimer dans leur pays, sous réserve qu'elle soient conformes aux conditions générales (voir ci-dessus)

La publication d'un article ou d'une contribution sous une autre signature que celle de l'ARDHD, n'implique pas qu'il (elle) reflète ses positions et ne saurait lui être imputée.
- Radio-Trottoir : Les articles publiés dans cette rubrique rapportent uniquement des rumeurs qui nous sont adressées par des lecteurs mais qui ne sont pas (encore) vérifiées par nos soins.

Nous recommandons à nos lecteurs d'attendre une confirmation officielle, avant de les considérer comme des informations fiables..

- Traduction :

Pour faciliter la compréhension des lecteurs francophones, nous nous efforçons de présenter une courte synthèse en Français des dépêches publiées dans une autre langue. Il peut arriver que nous utilisions des traducteurs automatiques, (en l'indiquant clairement).

A ce titre nous déclinons toute responsabilité sur le sens de la traduction : seule la version dans la langue originale fait foi..

- Copyright :
A l'exception des dépêches et articles de journaux qui restent placés sous le copyright des auteurs et éditeurs, nos articles peuvent être reproduits, sans autorisation, à la seule condition de citer la source:
"http://www.ardhd.org"
(Merci de respecter ce point)

 


07/01/10 (B532) Monde-Magouilles (Blog) IL Y A QUINZE ANS : Le juge Bernard Borrel disparaissait

Bernard Borrel, magistrat français, a été assassiné le 19 octobre 1995 à Djibouti ; par crainte de perdre une base militaire française, tout a été tenté pour maquiller ce crime en suicide ; depuis 10 ans, pressions et manipulations se sont multipliées pour faire obstacle à la vérité ; seuls le courage et la détermination d’Elisabeth Borrel ainsi que les soutiens reçus ont évité que ce dossier ne soit définitivement enterré.

L’ÉNIGME BORREL

Suicide ou assassinat ? La mort d’un juge français, en 1995, à Djibouti, garde sa part de mystère et pèse sur les relations entre ce pays et la France

Un rire nerveux ponctue ses phrases, mais il ne faut guère s’y fier : Elisabeth Borrel, 47 ans, n’a plus le coeur à rire. Le temps lui manque. Elle lutte contre un cancer, et tente d’élever seule ses deux fils, âgés de 17 et 14 ans. Simple juge d’instance toulousaine, à ses heures perdues, elle guerroie contre deux Etats, la France et la République de Djibouti, bien décidée à faire admettre à tous que son mari, Bernard Borrel, magistrat détaché à Djibouti en 1994, est mort assassiné le 18 octobre 1995.

« Assassiné », répète-t-elle, et non, comme l’indique la thèse officielle, « suicidé », à 80 km de Djibouti, au pied d’une falaise, en s’immolant par le feu. « J’irai jusqu’au bout, assure Mme Borrel. On m’a enlevé mon mari, mon pays, mon métier. Il ne me reste plus rien. On s’aimait, on aimait la justice. Bernard valait bien mieux que tous ceux qui l’ont utilisé. Et maintenant, je veux la vérité. Pas une vérité relative, une vérité absolue... »

La recherche de cette « vérité absolue » vire aujourd’hui à l’affaire d’Etat sur fond de crise diplomatique. Pour avoir consacré un dossier à l’histoire du juge Borrel, Radio France internationale (RFI) a vu ses émissions interrompues à Djibouti le 14 janvier. Six coopérants français ont été expulsés dans la foulée par les autorités locales, irritées par des articles de presse parus sur ce sujet.

A Paris, l’Elysée ne cache plus ses inquiétudes, car 12 000 Français vivent à Djibouti ; 2 700 soldats de la plus grande base militaire française en Afrique y sont également casernés. Au-delà, une crise avec Djibouti compliquerait les relations, déjà difficiles, entre la France et le continent noir. Le dossier ivoirien est au point mort, l’Angola fait des misères à Total depuis l’affaire Falcone, et le Quai d’Orsay s’attend à ce que le Rwanda réagisse fortement aux conclusions du juge Jean-Louis Bruguière, chargé d’enquêter sur la responsabilité de Paul Kagamé (actuel chef de l’Etat) dans l’attentat du 6 avril 1994, contre l’avion de l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana.

En avril 2004, Jacques Chirac avait déjà dû se fendre d’un appel téléphonique à Ismaël Omar Guelleh, son homologue djiboutien, afin de le rassurer sur les intentions françaises. Mais comment lui faire comprendre que les juges d’instruction, en France, oeuvrent en toute indépendance ? « Le mensonge s’installe, c’est une manipulation de l’opinion, s’exclame Me Francis Szpiner, l’avocat de la République djiboutienne. Mme Borrel voudrait la vérité sur un homme courageux tué par la raison d’Etat. Mais, à ce jour, je ne sais toujours pas si le magistrat a été tué ou s’il s’est suicidé. »

A quelques semaines de l’élection présidentielle, prévue en avril, le président Guelleh ne supporte plus les mises en cause répétées de son administration. Il a très mal vécu le fait que la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles ordonne, le 10 janvier, l’audition du chef des services secrets de son pays, Hassan Saïd, dans une affaire connexe de subornation de témoins. M. Guelleh avait très mal compris, également, la position de la juge Sophie Clément, chargée du dossier Borrel. Dans un courrier du 17 septembre 2004, elle expliquait que le défunt avait été en relation avec son collègue français Roger Le Loire, chargé d’enquêter sur l’attentat du Café de Paris, en 1990 (1 mort, 14 blessés).

« Il a été retrouvé dans les documents de M. Borrel copie d’une commission rogatoire internationale délivrée par M. Le Loire et annotée de la main de Bernard Borrel, écrivait-elle. [...] Or les policiers chargés de l’enquête sur le Café de Paris ont mis au jour l’hypothèse d’une manipulation de l’enquête par les services spéciaux djiboutiens dirigés [à l’époque] par Ismaël Omar Guelleh. »

La juge Sophie Clément s’appuyait en outre sur un document de la DGSE, déclassifié, daté du 21 janvier 2000, qui faisait état des déclarations de deux témoins djiboutiens ayant révélé que « le clan de l’actuel président de la République de Djibouti aurait commandité l’assassinat du juge Borrel ». Pour Mme Borrel et ses conseils, Me Laurent de Caunes et Olivier Morice, il ne faisait guère de doute, depuis longtemps, que cette affaire était directement liée à celle du Café de Paris.

La juge d’instruction, à son tour, a donc suivi cette piste.

D’où l’inquiétude des autorités françaises... Le ministère des affaires étrangères a dû publier, le 28 janvier, un communiqué alambiqué dans lequel son porte-parole, Hervé Ladsous, affirme que « rien ne permet de conclure à la mise en cause des autorités djiboutiennes » dans l’enquête sur la mort de M. Borrel. Il déclare également qu’une copie du dossier pénal sera transmise à la justice de ce pays. Cette même transmission, réclamée par Djibouti, que la juge Clément avait pourtant déclarée « inopportune » le 13 septembre 2004. Me de Caunes voit là « une tentative scandaleuse d’immixtion du pouvoir exécutif dans l’action judiciaire ».

Elisabeth Borrel a pris l’habitude d’être ainsi confrontée à la raison d’Etat. Elle a tout connu, en dix ans de combat : les courriers anonymes, avec un briquet glissé dans l’enveloppe, pour rappeler les circonstances de la mort atroce de son mari, les tracasseries administratives, les suspicions de toutes sortes. Rien ne l’avait préparée à cela. Sa vie, elle la voyait plutôt comme celle d’un couple de magistrats, catholiques fervents, entre code pénal et éducation des enfants.

Elle rencontre Bernard Borrel en 1982, à Privas, dans l’Ardèche, où elle effectue son premier stage de magistrate. Ils se marient en 1985. M. Borrel est muté à Lisieux (Calvados), où il devient procureur de la République. Elisabeth Borrel est juge d’application des peines à Caen. On lui propose de partir comme magistrat coopérant à Djibouti. Le couple hésite. Et puis, un jour, Elisabeth Borrel est prise en otage au centre de détention de Caen. Un détenu la menace avec un couteau. « Tous les détenus criaient "Plante-la !", se souvient-elle. Le directeur de la prison a réussi à neutraliser mon agresseur devant la dernière porte. » Cette fois, c’est décidé, le couple part à Djibouti.

A leur arrivée, en avril 1994, ils déchantent : « Nous avons été choqués par la misère, il y avait des lépreux. Et puis nous n’étions pas des coopérants professionnels, comme beaucoup de Français qui vivent comme cela toute leur vie, en profitant de l’argent français. » Mme Borrel ne travaille plus, elle s’occupe du club de peinture sur porcelaine, fréquente les épouses de militaires. Son mari, lui, se rend chaque matin au bureau, où il conseille le ministre djiboutien de la justice. L’après-midi, c’est la plage, avec les deux enfants. Il n’y a pas de cinéma à Djibouti, la population, miséreuse, est musulmane et ne cesse de mâcher du khat, une substance hallucinogène. Difficile, dans ces conditions, de s’intégrer.

« C’est un beau pays, dit encore Mme Borrel, mais complètement pourri. » Les relations de M. Borrel avec son ministre de tutelle se tendent. Il perd de son enthousiasme. Puis il apprend le suicide, en France, d’un ami magistrat. « Il n’a pas compris, raconte Mme Borrel. Il me disait : "Comment peut-on se suicider quand on a deux enfants ?" A la suite de ce décès, il a fait un zona. »

Le 17 octobre 1995, les époux ont une discussion. « Il était très angoissé, explique Mme Borrel. Il m’a dit : "Il faudrait que je te parle, mais je ne peux pas." Il a ajouté : "Je ne suis pas digne de toi." Je me reproche de ne pas avoir su le faire parler. A aucun moment, nous n’avions songé à nous séparer. » Le 18 octobre 1995, Bernard Borrel est aperçu une dernière fois, à une station-service, où il se fait servir six litres d’essence.

Un homme, de type européen, serait à ses côtés. La veille, il avait solli- cité un découvert bancaire auprès de la BNP, à Lisieux, et retiré une somme de 1 450 000 francs djiboutiens (7 600 euros). Le 19 octobre 1995, son corps est retrouvé, en partie calciné, au pied d’une falaise. « Quand on m’a annoncé son décès, je me suis dit que c’était la pire des morts, assure Elisabeth Borrel. Mais j’ai cru à son suicide. C’était simple de me manipuler, tant j’étais effondrée. »

Deux lettres sont retrouvées dans la sacoche du magistrat. Dans la première, il signale à sa femme le retrait de la somme d’argent. Dans une deuxième, intitulée « Ce que je dois », il détaille le nom de ses créanciers et explique comment vendre au mieux sa collection de médailles militaires. « Il serait revenu, je n’aurais rien su de tout cela, puisque ces courriers étaient dans sa sacoche », dit Mme Borrel. Celle-ci quitte rapidement Djibouti pour la France. « Tous les gens qui m’entouraient alors ont disparu, se souvient-elle. J’ai senti qu’il y avait des choses que l’on voulait me cacher. »

Une information judiciaire est ouverte, le 6 février 1996, à Toulouse. Une autopsie est ordonnée, puis pratiquée le 15 février 1996. Elle conclut à l’absence de lésions suspectes. Mme Borrel fait pratiquer elle-même un examen médico-légal privé. Selon cette étude, les brûlures ne seraient pas caractéristiques d’une autoaspersion. Elle insiste, écrit au juge, au procureur.

Tant et si bien que le dossier est délocalisé à Paris, où la brigade criminelle est saisie.

Les enquêteurs se rendent à Djibouti, entendent une cinquantaine de personnes. Un travail méticuleux, professionnel. Et les policiers acquièrent une conviction : le juge n’a pas été assassiné, il s’est suicidé. Dans un rapport de synthèse daté du 21 septembre 1999, les policiers détaillent leur enquête. Ils s’interrogent, ainsi, sur le fait que Mme Borrel ait, de « façon étrange », dissimulé aux autorités djiboutiennes être en possession de la somme d’argent laissée par son mari, et de sa lettre. « Ce n’est pas logique, s’emporte aujourd’hui Mme Borrel. Pourquoi aurais-je voulu dissimuler quoi que ce soit, alors que je croyais au suicide à l’époque ? »

Les enquêteurs pointent également la topographie des lieux où a été découvert le cadavre. Un lieu qui rend, selon eux, impossible tout transport du corps par une tierce personne. Ils exhument des accusations de pédophilie contre M. Borrel, avant de les réfuter, faute de preuves. Enfin, ils retrouvent un psychiatre militaire, Régis Pouech, ami du couple Borrel, qui relate la « souffrance secrète » du magistrat, sa « détresse ».

Ils reconstituent, aussi, la visite de Tania Piquionne, la filleule de Bernard Borrel, à l’été 1995, à Djibouti. Cette jeune fille, âgée de 13 ans à l’époque, est la fille de Jeanne Piquionne, une métisse dont s’était épris Bernard Borrel avant de renoncer à cette relation, poussé par sa mère. Tania serait-elle la propre fille de Bernard Borrel ? Jeanne Piquionne dément. « Cette histoire était claire, j’étais au courant, confie Mme Borrel. Et je suis prête à confronter l’ADN de mes enfants à celui de Tania. »

Au final, les policiers ne trouvent pas un seul mobile de nature à accréditer la thèse de l’homicide. Ils minimisent également le rôle joué par M. Borrel dans le dossier Café de Paris. Ils recommandent, pourtant, une nouvelle expertise médico-légale. Pendant de longs mois, le dossier se tasse. Les autorités sont rassurées par l’enquête des policiers. Mais Mme Borrel insiste.

Et le 8 novembre 2002 elle tient sa revanche, des experts concluent un premier rapport en ces termes : « L’hypothèse d’une autoagression à l’origine du décès est difficilement plausible. Dès lors, l’hypothèse de l’intervention d’un ou de plusieurs tiers peut être envisagée. » Le 30 juillet 2003, après la troisième autopsie du corps, les experts estiment leur opinion renforcée par des « éléments étayant l’hypothèse de la survenue d’un traumatisme crânien, notamment à la suite d’un coup porté par un instrument vulnérant » et par « la constatation d’une fracture du cubitus gauche, pouvant évoquer une lésion de défense face au danger représenté par un agresseur ».

Le professeur Jean-Claude Martin établit que l’essence retrouvée sur le cadavre provenait probablement de deux récipients différents : un détail essentiel puisque, dans l’enquête initiale, il avait été établi que M. Borrel avait versé l’essence dans un seul bidon. « Tous les éléments du dossier viennent aujourd’hui expliquer que j’avais raison. On a assassiné mon mari », constate Mme Borrel. « Cette femme n’est pas corruptible, on ne l’achètera pas avec de l’argent, déclare Me Morice. Si le dossier ne va pas jusqu’au bout, c’est que l’Etat français l’aura étouffé. »

LE 02/10/2006 - Affaire Borrel: premiers mandats d’arrêts

En 1995, devant la juge Clément chargée de l'enquête sur l'assassinat du magistrat français Bernard Borrel, Mohamed Saleh Aloumékani, un ancien officier de la garde présidentielle avait clairement mis en cause le président Ismaïl Omar Guelleh .

Onze ans après, la justice française a lancé les deux premiers mandats d'arrêts. Ils visent deux personnalités très proches du président Djiboutien: le procureur de la république et le chef des services secrets djiboutiens. C'est une étape importante dans l'enquête sur l'assassinat du Juge Borrel. En octobre 1995, le corps de ce magistrat français avait été retrouvé dénudé et calciné à Djibouti.

« Subornation de témoin», voilà de quoi sont accusés le procureur de la République de Djibouti et le chef des services secrets djiboutiens. Ces deux hommes sont soupçonnés d'avoir fait pression sur un témoin clef de l'affaire Borrel, Mohamed Saleh Aloumékani. Devant la juge Clément, chargée de l'enquête sur l'assassinat du magistrat français, en 1995, cet ancien officier de la garde présidentielle avait clairement mis en cause le président Ismaïl Omar Guelleh. Un témoignage capital, que le procureur et le chef des services secrets djiboutien ont tenté de transformer, puis de discréditer. Avant finalement d'essayer d'acheter le témoin. Il y a un an, les deux hommes avaient été appelés à s'expliquer devant la justice française. Ils n'étaient jamais venus.

Ces deux mandats d'arrêt seront peut-être suivis par deux autres: la juge Clément espère obtenir deux mandats contre deux hommes, un Djiboutien et un Tunisien, soupçonnés d'être les assassins du juge Borel. S'ils étaient arrêtés, la science pourrait alors les confondre, ou les innocenter: Les enquêteurs ont en effet découvert des traces d'ADN sur le short du juge assassiné. Un ADN qui appartient très certainement aux meurtriers.

Mise en cause du président djiboutien

«Djibouti ne se pliera jamais au bon vouloir de la justice française», déclare le chef des services secrets djiboutiens. Et Hassan Saïd ajoute: «Cette justice n'inspire d'ailleurs plus aucune confiance à mon pays». Il n'empêche, pour les défenseurs de la veuve du juge Borrel ces deux mandats sont un grand pas en avant. Il faut savoir qu'ils ont valeur de mise en examen. Ce qui signifie que, pour la première fois, la justice française met clairement en cause des proches du président djiboutien.

Le chef des services secrets djiboutiens affirme aussi que c'est à la Cour internationale de justice de se prononcer sur cette affaire. En janvier dernier, Djibouti a saisi la CIJ contre la France. Les magistrats français avaient en effet refusé de transmettre le dossier Borrel à la justice djiboutienne, de peur que le dossier ne soit enterré. On voit mal aujourd'hui le procureur de la république de Djibouti venir à La Haye défendre sa cause avec un mandat d'arrêt, exécutoire sur le territoire européen, lancé contre lui.

Le 19/10/2006 - Affaire Borrel : deux mandats d'arrêt internationaux délivrés

La juge Sophie Clément a lancé une procédure contre deux repris de justice en fuite, possibles exécutants de l'assassinat du juge.

La magistrate est passée outre l'avis du parquet de Paris.

La juge française chargée d'enquêter sur l'assassinat du juge Bernard Borrel en 1995 à Djibouti a délivré jeudi des mandats d'arrêt internationaux à l'encontre des deux principaux suspects de ce dossier, a annoncé une source proche du dossier.

Ces mandats d'arrêt visent deux repris de justice en fuite, Awalleh Guelleh et Hamouda Hassan Adouani, considérés par la juge Sophie Clément comme de possibles exécutants de l'assassinat de Bernard Borrel. La magistrate souhaite pouvoir comparer leur ADN à des empreintes génétiques inconnues retrouvées sur le short du juge assassiné.

La juge est passée outre l'avis du parquet de Paris qui avait demandé, avant toute délivrance de mandats d'arrêt, de comparer l'ADN du short à celui de militaires qui auraient aidé à mettre en bière le corps du juge.

"Un désavoeu pour le parquet"

La délivrance des deux mandats intervient onze ans, jour pour jour, après la découverte du corps, à demi calciné du juge, vêtu d'un slip et d'un tee-shirt, au bas d'une falaise à 80 km de Djibouti. "L'enquête menée établissait qu'il s'agissait d'un assassinat", a rappelé Sophie Clément dans les motifs des mandats d'arrêt. La cour d'appel de Paris a également validé jeudi une information judiciaire visant l'ancien porte-parole du Quai d'Orsay Hervé Ladsous, pour de supposées pressions sur la justice française dans le cadre de ce dossier et ceci, contre l'avis du parquet.

La justice avait délivré début octobre les deux premiers mandats d'arrêt du dossier Borrel à l'encontre du procureur de Djibouti et du chef des services secrets pour une éventuelle "subornation de témoins". "C'est une victoire considérable pour Mme Borrel, les mandats d'arrêt supplémentaires et la décision de la cour d'appel, sont pour nous la preuve que des magistrats indépendants n'acceptent plus les pressions sur ce dossier. C'est un désavoeu considérable pour le parquet de Paris", estime Me Olivier Morice, l'un des avocat, avec Laurent de Caunes, de la famille Borrel.

Mort du juge Borrel: ce que la France a voulu cacher

Bernard Nicolas est un enquêteur tenace, surtout lorsqu’il est convaincu de l’importance d’un sujet. Ce qui est le cas avec l'affaire Borrel. Bientôt douze ans que les plus hautes autorités djiboutiennes et françaises s’efforcent de masquer la vérité. Une vérité plus complexe que pouvait l’être la vie de ce magistrat français, marié, père de deux jeunes enfants, envoyés en coopération dans la Corne de l’Afrique et victime d’un assassinat, le 18 octobre 1995, à 40 ans.

Depuis, sa veuve, Elisabeth, elle aussi magistrate, se bat pour obtenir justice. Une guerre de tous les instants, car en douze ans, l’Etat s’est toujours opposé à la manifestation de la vérité judiciaire. Contre toutes les évidences du dossier. C’est le grand mérite du documentaire diffusé ce lundi, à 22h55, sur Canal+, de révéler la face française de l’affaire Borrel. En l’intitulant "Assassinat du juge Borrel: une affaire française", Bernard Nicolas a choisi de remonter des fils inattendus.

Avec d’abord les témoignages troublants d’anciens membres des services de renseignement français. Deux anciens militaires racontent qu’à l’annonce de la découverte du corps, à moitié calciné au pied d’une falaise, personne à Djibouti ne croit au suicide. Et pourtant, d’emblée, cette thèse est accréditée à tout prix par le chef de la mission de coopération.

Plus tard, au début de l’enquête, la brigade criminelle va poursuivre son oeuvre de désinformation. "On voulait nous faire dire qu’il était pédophile", dit Thérèse Tonnot, l’un des témoins interrogés par les policiers, en évoquant le défunt.

Dans une deuxième partie, le film avance de nouveaux éléments d’enquête. Par exemple, lorsqu’il est vu pour la dernière fois à Djibouti ville, le 18 octobre, Bernard Borrel n’est pas seul. Il est accompagné par un Français, assis juste à côté du juge dans son 4x4. Ce "Français", précise l’enquête, est arrivé à Djibouti le 10 octobre 1995. Mais on ignore son identité.

Enfin, dans la dernière partie de ce 52 minutes, la question du mobile de l’assassinat est abordée. Sans conclusion définitive, mais en mettant en exergue des pistes prometteuses. En Ethiopie, l’équipe de Bernard Nicolas a fini par dénicher des trafiquants de matières fissiles. Dans une séquence étonnante, le journaliste montre un container apparemment rempli de plutonium que des Ethiopiens sont prêts à livrer moyennant un paquet de dollars.

Héritage de la guerre froide et du régime pro-soviétique de Mengistu, l’engin de mort est entreposé dans les environs d’Addis-Abeba. Or, quelques jours avant sa mort, Bernard Borrel s’était vu proposer de l’uranium enrichi. Une filière confirmée par les agents du renseignement militaire. Faut-il voir un lien de causalité entre ces évènements?

Dernière interrogation: l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République marquera-t-elle aussi une rupture dans la gestion de ce genre de dossier? Sur le front judiciaire, il existe désormais trois enquêtes distinctes sur l’affaire Borrel. Aucune d’elle n’a, pour l’instant, fait vaciller le dogme de la raison d’Etat. Deux juges se sont même arrêtées aux portes du Palais de l’Elysée où il voulait mener une perquisition. Mais c’était juste avant le 6 mai... Depuis, dit-on, tout devient possible.

Trois procédures judiciaires en cours

La première information judiciaire ouverte pour "recherche des causes de la mort" en décembre 1995 est très vite requalifiée en "assassinat" en février 1996. Confiée d’abord à un juge toulousain puis dépaysée à Paris, l’instruction est menée par les juges Marie-Paule Morrachini et Roger Le Loire. En 2000, ces derniers seront dessaisis à la demande des avocats d’Elisabeth Borrel. L’enquête est ensuite confiée au juge parisien Jean-Baptiste Parlos, puis à la juge Sophie Clément.

La deuxième procédure est ouverte en novembre 2002, sur plainte d’Elisabeth Borrel, pour "subornation des témoins". Instruite à Versailles, cette affaire vise le chef des services secrets djiboutiens, Hassan Saïd et le procureur de la République, Djama Souleïman, soupçonnés d’avoir fait pression sur deux témoins réfugiés en Belgique. Les deux dignitaires font l’objet d’un mandat d’arrêt international valant mise en examen.

La troisième enquête est menée par deux juges parisiens, Fabienne Pous et Michèle Ganascia, pour déterminer si le ministère des Affaires étrangères a tenté de faire pression sur la justice, en publiant un communiqué le 29 janvier 2005. Dans ce texte, le porte-parole du Quai d’Orsay, Hervé Ladsous, indiquait qu’une copie du dossier serait bientôt transmise à Djibouti. Alors même que les plus hautes autorités djiboutiennes figurent parmi les principaux suspects de cette affaire... Le 2 mai 2007, entre les deux tours de l’élection présidentielle, les deux magistrates ont tenté, en vain, de perquisitionner l’Elysée.

Jeudi 19 avril 2007 - Affaire Borrel: perquisition au ministère des Affaires étrangères

Une perquisition a été menée jeudi au ministère des Affaires étrangères dans le cadre d'une enquête judiciaire sur d'éventuelles pressions exercées sur la justice dans l'affaire du juge Borrel, retrouvé mort en 1995 à Djibouti.

Cette perquisition était conduite par les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia, en présence de deux experts informatique, trois policiers et deux greffiers, a précisé une source proche du dossier.

Trois avocats représentant la plaignante, Me Elisabeth Borrel, veuve du juge décédé, étaient également présents.

Interrogé par l'AFP, l'un d'eux, Me Olivier Morice, s'est dit "satisfait de constater que des magistrats indépendants cherchaient la vérité sur ce qui apparaît comme des pressions du pouvoir politique sur l'autorité judiciaire".

Les juges ont perquisitionné plusieurs bureaux, dont celui du directeur de cabinet du ministre, Pierre Vimont, effectué des copies informatiques et emporté de nombreux documents, a-t-on précisé de même source.

L'opération qui avait débuté à 10H00 devait prendre fin vers 21H00.

Cette affaire dans l'affaire a démarré après une déclaration officielle du Quai d'Orsay du 29 janvier 2005, assurant qu'une copie du dossier d'instruction français relatif au décès de Bernard Borrel serait "prochainement transmise à la justice djiboutienne", qui en avait fait la demande.

Or, quelques jours plus tard, la juge chargée de l'enquête, Sophie Clément, refusera cette transmission. Elle estimait notamment que la demande de Djibouti avait "pour unique but de prendre connaissance (...) de pièces mettant en cause le procureur de la République de Djibouti".

La juge a d'ailleurs délivré en octobre 2006 des mandats d'arrêt contre le procureur et le chef des services secrets de Djibouti pour une éventuelle "subornation de témoins".

Mme Elisabeth Borrel a déposé une plainte avec constitution de partie civile pour des "pressions sur la justice", visant directement l'ex-porte parole du Quai d'Orsay, Hervé Ladsous, aujourd'hui ambassadeur de France en Chine.

L'information judiciaire a été confiée le 2 mars 2006 aux juges parisiennes qui ont ordonné la perquisition de ce jeudi.

Le premier acte majeur de cette affaire a eu lieu avec l'audition comme témoin assisté de M. Ladsous le 21 mars.

Selon une source proche du dossier, M. Ladsous a mis en cause devant les juges la Chancellerie, affirmant qu'il s'était contenté de publier un communiqué préparé par le cabinet du ministre de l'époque, Dominique Perben, qui était dirigé par l'actuel procureur général de Paris, Laurent Le Mesle.

"Il y a visiblement quelqu'un qui a fait une grosse boulette à la Chancellerie", a notamment déclaré M. Ladsous aux juges, selon le Canard enchaîné.

Le juge Borrel, détaché comme conseiller du ministre djiboutien de la Justice, avait été retrouvé mort en 1995, le corps à demi-calciné, au pied d'un ravin. Djibouti a conclu à un suicide mais l'enquête française privilégie la thèse d'un assassinat.

La responsabilité présumée du président djiboutien et de membres de son entourage a été évoquée lors de l'instruction par plusieurs témoins.

Cette affaire a tendu les relations entre Paris et son ancienne colonie de la Corne de l'Afrique, qui abrite la principale base militaire française à l'étranger.

Mercredi 2 mai 2007 - Affaire Borrel: tentative de perquisition à l'Elysée

Deux juges d'instruction ont tenté en vain d'effectuer une perquisition au palais de l'Elysée dans le cadre d'une enquête sur la mort du juge Bernard Borrel il y a douze ans à Djibouti.

L'Elysée a refusé aux magistrates l'accès aux bureaux de la présidence, évoquant la Constitution. Cet épisode, qui survient à quatre jours du second tour de l'élection présidentielle, est une première dans l'histoire de la Ve République.

Accompagnées d'experts, les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia se sont présentées vers 10h15 à l'une des entrées de l'Elysée, avenue Marigny, alors que débutait le conseil des ministres. Selon le porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé, il n'en a pas été question lors de la réunion.

Les deux magistrates voulaient fouiller les locaux de la cellule Afrique de l'Elysée. Se fondant sur le code de procédure pénale, elles ont ensuite requis le feu vert du gouvernement militaire de Paris pour se voir accorder l'accès aux locaux, le palais étant juridiquement considéré comme une zone militaire.

Pendant plus d'une heure et demie, les juges ont patienté dans l'enceinte du palais avec leurs greffiers. Un cordon d'une vingtaine de gendarmes a été mis en place pour les empêcher d'entrer dans les bureaux.

L'Elysée a officialisé son refus en évoquant la Constitution.

"Il leur a été précisé qu'en vertu de l'article 67 de la Constitution, il ne pouvait être fait droit à leur demande", a-t-on expliqué à la présidence.

L'article 67 stipule que le président de la République ne peut pas durant son mandat "être requis de témoigner, non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite".

"INTOLÉRABLE"

Restés hors du palais en compagnie d'une poignée de policiers experts en informatique, les avocats de la partie civile, Mes Olivier Morice et Jean-Luc Forget, ont fait part de leur colère. Ils ont assuré qu'une magistrate avait été bousculée par un gendarme.

"On vient de les empêcher de faire leur travail en arguant du fait qu'on ne peut pas dans cet endroit faire de perquisitions", a dit à la presse Me Morice après le départ des deux magistrates, qui n'ont fait aucun commentaire.

Les juges souhaitaient visiter la cellule Afrique, et "il ne s'agissait donc pas de venir dans le bureau du président de la République". "Nous sommes scandalisés, c'est intolérable", a ajouté le défenseur de la veuve du juge Borrel, Elisabeth.

Selon Olivier Morice, une nouvelle tentative est improbable. "Comment voulez-vous que des juges qui ont été repoussées (...) puissent réitérer ce type d'investigation alors même qu'une réponse très claire leur a été opposée ?", a-t-il déclaré.

Les 19 et 20 avril derniers, les magistrates avaient perquisitionné le Quai d'Orsay et le ministère de la Justice dans la même affaire, emportant de nombreux documents.

Ce dossier visant de supposées "pressions sur la justice" de la part du pouvoir politique a été ouvert en mars en marge de l'enquête sur la mort de Bernard Borrel à Djibouti en 1995.

Le corps carbonisé de ce coopérant français, conseiller technique auprès du ministère de la Justice djiboutien, avait été retrouvé en octobre 1995. L'hypothèse du suicide avait été d'abord retenue mais la piste criminelle est désormais suivie, après des expertises médico-légales.

Certaines dépositions laissent croire à un assassinat politique sur ordre du pouvoir djiboutien. Après une plainte de la veuve du juge Borrel, l'information ouverte en février chez les juges Pous et Ganascia vise un ancien porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Hervé Ladsous.

L'affaire Borrel est sensible diplomatiquement, Djibouti abritant la principale base militaire française en Afrique.

En octobre dernier, des mandats d'arrêt ont été délivrés par la juge Clément contre deux repris de justice en fuite, soupçonnés d'être des exécutants du meurtre de Bernard Borrel.

D'autres mandats ont été lancés à Versailles contre le procureur général de Djibouti et le chef de ses services secrets, dans un autre sous-dossier judiciaire relatif à une supposée subornation de témoins.

Le 14 février, la juge Clément a convoqué en vain comme témoin le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, de passage à Cannes pour un sommet franco-africain. Ce dernier dément toute implication dans cette affaire.

15/03/2008 - Sursis requis contre des responsables des services secrets djiboutiens

Fraîchement élu, Nicolas Sarkozy a tenu à recevoir la veuve du juge Bernard Borrel. C'était le 19 juin 2007.

Le Parquet de Versailles, à l'ouest de Paris, a requis vendredi un an de prison avec sursis contre deux hauts responsables djiboutiens, Djama Souleiman et Hassan Saïd, jugés pour subornation de témoins dans l'affaire Borrel. Le juge français a été retrouvé mort en 1995 à Djibouti, dans des circonstances qui ont poussé ses proches à rejeter la thèse officielle d'un suicide pour celle de l'homicide, commis selon eux à l'instigation des plus hautes autorités du pays. C'est la première fois en 13 ans qu'un tribunal s'intéresse au fond du dossier.

Pour le parquet de Versailles il n'y a aucun doute : l'actuel procureur général de Djibouti, Djama Souleiman, et Hassan Said, chef des services secrets djiboutiens, sont bien « coupables du délit de subornation ».

Dans son réquisitoire d'une dizaine de minutes, le procureur de Versailles Jean-Michel Desset l'a affirmé, ce vendredi : « Ils l'ont fait pour détourner les soupçons de la République djiboutienne, pour les faire porter ailleurs ».

Selon l'accusation, ces deux responsables auraient en effet tenté de soudoyer deux témoins clef de cette affaire, l'un pour qu'il retire son témoignage, l'autre pour essayer de discréditer le premier.

Devant la justice française, un ancien membre de la garde présidentielle, témoin clé dans cette affaire, Mohamed Saleh Alhoumekani, a déclaré avoir surpris une conversation le jour de la mort du juge Borrel. Cinq hommes rendaient compte, selon lui, de la mort du « juge fouineur » à l'actuel président djiboutien, Ismael Omar Guelleh. C'est son témoignage que Djama Souleiman a tenté d'acheter, selon le procureur de Versailles, tandis que le chef des services secrets est pour sa part accusé d'avoir soudoyé l'ancien chef de la garde présidentielle, Ali Iftin, pour qu'il discrédite le témoignage de M. Alhoumekani.

Ces deux témoins étaient également absents ce vendredi, mais pour leurs avocats, comme pour celui de la veuve du juge Borrel, s'il y a eu subornation, c'est bien que le témoignage en question était crédible...

Une version fermement démentie par l'avocat des deux responsables djiboutiens. Maître Szpiner a évoqué une « totale absurdité » et affirmé que « la république djiboutienne n'a été mêlée ni de près... ni de loin à cette mort... Elle a toujours coopéré sans réserve. »

Le jugement a été rendu le 27 mars par la Cour d'appel, qui relaxe les deux prévenus, ce qui annulle les mandats d'arrêt internationaux.

Chronologie de l'affaire Borrel

• 19 octobre: découverte du corps en partie carbonisé de Bernard Borrel, en contrebas d'un ravin, à 80 km de Djibouti. Ce magistrat français était placé au titre de la coopération auprès du ministre de la Justice de Djibouti depuis avril 1994.
Un conseiller vient au domicile de l'épouse de Bernard Borrel afin d'y chercher (en vain) un document qui serait compromettant notamment pour les autorités djiboutiennes.
L'ambassade de France diffuse immédiatement l'information qui devient la thèse officielle: suicide par immolation.

• Novembre: de retour à Toulouse et sans nouvelles de la procédure, Elisabeth Borrel demande une autopsie; elle apprendra peu après qu'aucune autopsie n'a eu lieu à Djibouti et que les radiographies faites lors du premier examen du corps ont disparu.
Le parquet de Toulouse ouvre une information pour recherche des causes de la mort.

1996

• Octobre: Elisabeth Borrel rencontre Olivier Echappé, collègue de sa promotion, et …conseiller de Jacques Chirac à l'Elysée: Olivier Echappé lui confirme la version officielle du suicide en insistant sur «le malaise des hommes de 40 ans»; si ce n'était pas un suicide, ajoute-t-il, tu ne sauras jamais rien.

1997

• Février: les légistes toulousains indiquent qu'aucune trace de suie n'a été décelée dans les poumons mais que les brûlures peuvent représenter la cause de la mort; ils notent toutefois que l'écoulement important du liquide inflammable sur les membres supérieurs paraît «difficilement réalisable lors d'une auto- aspersion»; aucune lésion traumatique n'est indiquée dans le rapport.

• Mars: Elisabeth Borrel dépose plainte pour assassinat dans le cadre d'une constitution de partie civile.

• Avril: les gendarmes du Muret, chargés par la juge Myriam Viargues d'analyser les procédures établies par la gendarmerie française de Djibouti (la prévoté) et la gendarmerie djiboutienne, estiment que «si la thèse du suicide est avancée, rien ne vient la conforter objectivement au niveau des investigations réalisées».

• Juillet: selon l'étude médico-légale qu'Elisabeth Borrel demande au professeur Lazarini, l'absence de suie retrouvée dans les voies aériennes supérieures montrerait que la combustion ne s'est pas produite du vivant de Bernard Borrel.

• Octobre: le dossier est dépaysé à Paris par la chambre criminelle de la cour de cassation.

• Novembre: ce dossier est d'abord confié à Marie Paule Moracchini qui s'adjoindra le concours d'un autre magistrat, Roger Le Loire, qui a eu à connaître d'un autre dossier franco-djiboutien, «l'attentat du café de Paris» de 1990, dossier dans lequel il avait demandé en 1994 la collaboration de Bernard Borrel.

1998

• Janvier: la section antiterroriste de la brigade criminelle est saisie d'une commission rogatoire.

1999

• Mars: premier déplacement à Djibouti des juges Moracchini et le Loire dans le cadre d'une commission rogatoire internationale.

• Avril: élections présidentielles à Djibouti: Ismael Omar Guelleh succède au président Gouled Aptidon.

• Septembre: remise du rapport de la brigade criminelle qui note en conclusion: «sauf à envisager l'existence d'un vaste complot politico-judiciaire, impliquant dissimulation d'enquête par les premiers intervenants, procès verbaux volontairement erronés, examens médicaux orientés et conspiration générale du silence, l'hypothèse de l'assassinat ne peut, à ce jour, être sérieusement retenue».

Le scénario retenu balaie la première hypothèse, à savoir le fait que Bernard Borrel se soit jeté en flammes sur la plate forme en contrebas pour finir sa chute dans le dénivelé des rochers; la thèse de la brigade criminelle est celle d'un homme qui se déshabille et s'asperge d'essence au premier niveau avant de descendre en contrebas de la pointe rocheuse; de cet endroit, il s'accroupit ou se met en position agenouillée «en position expiatoire» avant de se mettre le feu; sous l'effet de la douleur, il s'effondre quelques mètres plus loin.

2000

• Janvier: un ancien officier de la garde présidentielle, Mohammed Saleh Aloumekani, met en cause dans les médias l'actuel président de la République djiboutien, Omar Guelleh, comme étant le possible commanditaire du meurtre; Aloumekhani aurait assisté à une conversation le 19 octobre après-midi avec Ismael Omar Guelleh alors chef des services de sécurité; 5 hommes lui auraient rendu compte de «l'élimination du juge fouineur». Aloumekani confirme ses déclarations aux juges d'instruction parisiens venus l'entendre à deux reprises à Bruxelles où il s'est réfugié. Il se plaint d'avoir subi des pressions de la part de la magistrate Marie Paule Moracchini. La presse fait état de ce témoignage; les relations franco-djiboutiennes sont altérées, comme en atteste un rapport parlementaire.

• Mars: les juges le Loire et Moracchini se rendent une seconde fois à Djibouti, accompagnés du procureur adjoint Dauvel et du médecin légiste Dominique Lecomte. Les parties civiles ne sont ni informées de ce déplacement ni conviées à participer à ce transport. Les avocats d'Elisabeth Borrel apprenant ce déplacement sollicitent un visa pour se rendre à Djibouti; un refus leur est opposé au motif que les juges n'ont pas invité la partie civile à ce transport

• Mai: dépôt du rapport médico-légal des professeurs Lecomte et Nicolas qui confirment la thèse du suicide.
Refus des juges d'instruction d'ordonner les 14 mesures sollicitées par les avocats d'Elisabeth Borrel.

• Juin: refus des juges d'accorder la contre expertise demandée par E. Borrel, le SM et l'USM.
Dessaisissement des juges Moracchini et Le Loire par la chambre d'accusation de Paris et désignation d'un nouveau juge d'instruction, Jean Baptiste Parlos.

2001

• Janvier: la cour d'appel de Paris infirme l'ordonnance des juges Moracchini et Le Loire du 14 juin 2000 par laquelle ces magistrats s'opposaient à la demande de contre-expertise demandée par les parties civiles; les conseillers de la chambre d'instruction estiment eux qu'en effet «malgré une regrettable absence d'autopsie, en l'état de la question posée, à savoir s'il y a eu ou non carbonisation vitale, de nouvelles investigations s'imposent».

• Avril: après avoir réclamé pendant plusieurs mois le dossier de l'attentat du café de Paris, les avocats d'Elisabeth Borrel n'obtiennent que la possibilité de le consulter au parquet; il faudra une nouvelle demande du juge pour que ce dossier soit joint en copie à la procédure.

Certains des auteurs présumés de l'attentat du café de Paris sont jugés à Djibouti et condamnés, pour les accusés présents, à des peines allant de 6 à 8 ans de prison, période couvrant la détention provisoire; l'opposant politique Aden Robleh, accusé par la justice djiboutienne de complicité, est condamné à 6 ans de prison avec sursis.

En cours d'année, le juge Parlos mène de nombreuses auditions et confrontations de militaires, de médecins présents à Djibouti au moment des faits.

2002

• Février: déplacement du juge Parlos à Djibouti en présence d'Elisabeth Borrel, de ses avocats et d'un représentant du SM; sont également présents de nouveaux experts légistes; le parquet de Paris, cette fois, n'est pas représenté. Un transport sur les lieux permet de mettre sérieusement en doute la version du suicide.

• Juin : exhumation aux fins d'autopsie du corps de Bernard Borrel.
Une autre juge d'instruction, Sophie Clément, succède au juge Parlos, nommé à la Cour de cassation.

• Septembre: un nouveau témoin, Ali Iftin, supérieur hiérarchique d'Aloumekani, déclare que son premier témoignage, hostile à Aloumekani, lui a été dicté par le chef des services secrets, Hassan Said.

2003

• Juin: les 3 experts légistes rendent leur rapport qui privilégie une mort violente liée à une intervention extérieure.

• Décembre: la juge demande la transmission de documents détenus par le ministère de la défense nationale.

2004

• Mars: déclassification d'une dizaine de documents du ministère de la Défense après les remontrances du président de la commission nationale du secret de la défense nationale à la ministre de la défense qui avait tardé à publier au JO l'avis favorable de la commission.

• Avril : la présidence djiboutienne met en cause la passivité du gouvernement français; le quai d'Orsay loue «l'excellente coopération dont ont fait preuve dans cette affaire les autorités djiboutiennes».

• Juin: le procureur de Djibouti demande au parquet de Paris la communication du dossier d'instruction au motif que «la partie civile et certains médias français essaient d'orienter l'information judiciaire actuellement en cours à Paris».

• Novembre: le président de la commission consultative secret défense se plaint auprès du ministre de l'Intérieur du non respect de la loi du 8 juillet 1998, le ministre n'ayant pas saisi la CCSDN et préféré répondre directement par la négative à la juge.

• Décembre: déclassification de documents de la DPSD (ancienne sécurité militaire).

2005

• Janvier: dans le dossier satellite de subornation de témoins, la cour d'appel de Versailles ordonne l'audition du chef des services secrets Hassan Said; les magistrats estiment également qu'il n'est pas impossible au président djiboutien de déférer spontanément à une demande d'audition comme témoin.
L' émetteur de Radio France internationale est fermé sur ordre des autorités djiboutiennes.
Expulsion de 6 coopérants par les autorités djiboutiennes.
Le porte parole du quai d'Orsay affirme que «rien ne permet de conclure à la mise en cause des autorités djiboutiennes dans les documents déclassifiés». Il annonce qu'une copie de dossier Borrel sera prochainement transmise à la justice djiboutienne.

• Février: déclassification très partielle de documents détenus par la DST. La juge Sophie Clément fait connaître son refus de transmettre le dossier Borrel estimant que cette demande est un détournement de procédure eu égard à l'implication de personnalités djiboutiennes et met un avant le risque d'atteinte aux intérets fondamentaux de la France compte tenu de l'existence de documents déclassifiés des services français.
La chancellerie fait savoir que l'Etat français n'est pas tenu de se conformer à l'avis de la juge d'instruction et envisage une transmission partielle du dossier Borrel à Djibouti.

• Mars: le Syndicat de la magistrature rencontre sur ce point le directeur des affaires criminelles et lui fait part de son indignation face aux récentes déclarations du quai d'Orsay et de la chancellerie.
Déprogrammation d'une émission consacrée à l'affaire Borrel sur Radio France international; l'émission ne sera reprogrammée que quelques semaines après les élections présidentielles djiboutiennes.

• Avril: retrait d'un article consacré à l'affaire Borrel sur le site de RFI, ce qui suscite la réprobation des syndicats de journalistes.

• Mai: le président djiboutien est reçu chaleureusement par Jacques Chirac mais reçoit le même jour une convocation pour audition comme témoin par la juge d'instruction Sophie Clément; le quai d'Orsay fait savoir qu'il est normal que le président Omar Guelleh ne réponde pas à cette convocation tandis que Jacques Chirac déplore la durée excessive de cette procédure.

• Juin: le garde des sceaux Pascal Clément s'engage à ne pas transmettre le dossier d'instruction aux autorités djiboutiennes sans l'aval de la juge d'instruction.

Samedi 9 juin 2007 - L'Etat français en position d'accusé dans l'affaire Borrel

Des documents saisis par la justice et publiés par le journal Le Monde daté de dimanche montrent que le France voulait transmettre à Djibouti le dossier sur l'enquête concernant la mort du juge Bernard Borrel en 1995.

Le corps carbonisé de ce coopérant français, conseiller technique auprès du ministère de la Justice djiboutien, avait été retrouvé près de la ville de Djibouti en octobre 1995. L'hypothèse du suicide avait d'abord été retenue, mais la piste criminelle est désormais suivie, après des expertises médico-légales.

Certaines dépositions, dont des éléments sont toutefois contestés, ouvrent l'hypothèse d'un assassinat politique sur ordre du pouvoir djiboutien.

Deux documents saisis en avril lors de perquisitions aux ministères de la Justice et des Affaires étrangères montrent que Laurent Le Mesle, alors directeur de cabinet du ministre de la Justice Pascal Clément, devenu aujourd'hui procureur général de Paris, a tenté de favoriser la transmission totale du dossier criminel à Djibouti, comme les autorités de ce pays le demandaient.

"Je vous remercie de veiller à ce qu'il soit apporté une réponse favorable à la demande formulée par les autorités djiboutiennes", écrit Laurent Le Mesle dans une note à ses services datée du 30 juillet 2004.

Plus tard, le 28 septembre 2004, Laurent Le Mesle écrit à son homologue du Quai d'Orsay Pierre Vimont pour conseiller à Djibouti d'insister. "La demande sera alors satisfaite, en tenant compte du délai qu'imposera la copie des 35 tomes de la procédure judiciaire."

LE MESLE NIE LES PRESSIONS

Dans un communiqué samedi, Laurent Le Mesle, ancien conseiller de Jacques Chirac à l'Elysée, nie les accusations de manoeuvres.

"Il tient (...) à affirmer, de la manière la plus solennelle, qu'il n'a jamais exercé de pression sur la justice. Il a, au contraire dans ce dossier, toujours agi dans le respect de la loi et des responsabilités qui étaient alors les siennes", déclare-t-il.

La juge d'instruction Sophie Clément, chargée de l'enquête à Paris sur la mort de Bernard Borrel, a finalement refusé en février 2005 dans une ordonnance la transmission de ce dossier à Djibouti.

Une note de travail de la direction Afrique du Quai d'Orsay du 17 mai 2005 laisse alors transparaître un embarras : "malheureusement, les services de la chancellerie ont mal évalué les conséquences d'une telle transmission. M. Perben, le ministre de la Justice, pourrait être poursuivi par Mme Borrel pour forfaiture".

Paris semble alors avoir suggéré à Djibouti d'insister encore en déposant une plainte devant la Cour internationale de justice (CIJ). Dans un télégramme diplomatique daté du 25 juin 2005, l'ambassadeur à Djibouti, Philippe Selz, rend compte de son entretien avec le ministre djiboutien des Affaires étrangères.

"Il m'a dit qu'il réfléchissait à notre idée de recours à la CIJ", écrit-il. Djibouti déposera effectivement plainte en janvier 2006.

Cet épisode de l'affaire fait l'objet d'une instruction pour "pressions sur la justice". Deux juges d'instruction ont tenté en vain dans ce cadre, le 2 mai, de perquisitionner au palais de l'Elysée.

Dans l'affaire principale, en octobre 2006, des mandats d'arrêt ont été délivrés par la juge Clément contre deux repris de justice en fuite, soupçonnés d'être des exécutants du meurtre de Bernard Borrel. Elle a aussi convoqué en vain comme témoin le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, de passage à Cannes pour un sommet franco-africain. Ce dernier dément toute implication dans cette affaire.

Mardi 19 juin 2007 - La thèse de l'assassinat officielle dans l'affaire Borrel

La justice retient la thèse d'un homicide et non plus celle du suicide dans l'enquête sur la mort du magistrat français Bernard Borrel, en 1995 à Djibouti, déclare officiellement mardi soir le procureur de la République de Paris dans un communiqué.

L'affaire est au centre de vives tensions diplomatiques. Ce communiqué avait été demandé quelques heures auparavant au président Nicolas Sarkozy par la veuve du magistrat, reçue à l'Elysée pour la première fois depuis la mort de son mari, pour laquelle elle met en cause les autorités de Djibouti.

Le magistrat, Jean-Claude Marin, assure dans ce communiqué - démarche sans précédent dans ce dossier - qu'il répond à une demande du juge d'instruction et ne mentionne pas l'Elysée.

"Le procureur de la République de Paris, en accord et comme suite à la demande de Madame Sophie Clément, vice-présidente chargée de l'instruction de l'affaire Borrel, précise que si la thèse du suicide a pu un temps être privilégiée, les éléments recueillis notamment depuis 2002 militent en faveur d'un acte criminel", dit le procureur.

Elisabeth Borrel souhaitait ainsi qu'il soit répondu à des reportages de presse qui ont examiné diverses hypothèses, dont le suicide, un temps envisagé dans l'enquête, ce qui aux yeux de son avocat Olivier Morice constitue une manipulation.

"Les expertises anthropologiques, médico-légales et de police scientifique concluent à l'existence de lésions osseuses sur le crâne et sur l'avant-bras gauche, faites à l'aide d'un objet contondant, et à la découverte de deux produits inflammables de nature distincte versés sur le corps. Elles précisent que 'Bernard Borrel était couché sur le sol lorsque les liquides ont été répandus sur sa personne de manière aléatoire'", explique le procureur.

Il ne se prononce cependant pas sur la piste d'un meurtre commandité par le pouvoir politique de Djibouti, défendue par la veuve du magistrat. "En l'état, l'instruction vise à compléter ces éléments par des auditions et de nouvelles expertises afin, notamment, d'identifier les auteurs et de connaître leurs mobiles", dit-il.

Procès par défaut pour deux proches du président djiboutien

Mardi 28 août - Deux hauts responsables djiboutiens, proches du président de ce pays, ne viendront pas à leur procès pour "subornation de témoins" ordonné le 20 août dernier par un juge d'instruction de Versailles en marge du dossier visant la mort du magistrat Bernard Borrel, a annoncé leur avocat Me Francis Szpiner.

Djama Souleiman Ali et Hassan Saïd Khaireh, respectivement procureur général et chef des services secrets de Djibouti, seront donc jugés en leur absence devant le tribunal correctionnel de Versailles, dans les prochains mois.

"Bien entendu, ni le procureur général, ni le conseiller à la sécurité nationale ne déféreront à cette convocation, parce qu'ils ont expliqué que la coopération judiciaire entre les deux pays étant suspendue, ils ne recevront pas l'autorisation de se rendre", a dit sur France info Me Szpiner.

Les deux hommes font l'objet depuis octobre 2006 de mandats d'arrêt internationaux pour "subornation de témoin", délivrés après leur refus de répondre aux convocations du juge d'instruction.

"Je rappelle que la France est l'ancienne puissance coloniale, et que Djibouti est un Etat indépendant depuis trente ans désormais. On ne peut pas être dans une situation de dépendance et j'allais dire de condescendance. Donc naturellement, ils ne viendront pas mais tout le monde pourra se faire une idée du dossier", a ajouté Me Szpiner.

Dans ce dossier, le procureur général de Djibouti se voit reprocher d'avoir fait pression sur Mohammed Alhoumekani, ancien militaire djiboutien et témoin de l'enquête sur la mort de Bernard Borrel.

Ce témoin a mis en cause l'actuel président de Djibouti Ismaël Omar Guelleh. Le chef des services secrets djiboutiens aurait lui fait pression sur un autre témoin, Ali Iftin, lié au premier.

"VICTOIRE" POUR LA VEUVE BORREL

"Ce qui constitue une première victoire judiciaire pour Mme Borrel c'est que derrière le renvoi de ces dignitaires djiboutiens proches du pouvoir, la justice française pointe du doigt la responsabilité de l'actuel président de la République de Djibouti" Ismaël Omar Guelleh, a déclaré de son côté à Reuters l'avocat d'Elisabeth Borrel, Me Olivier Morice.

Selon lui, alors que "les autorités djiboutiennes dénonçaient une manipulation de Mme Borrel, on voit que la justice française considère que cette manipulation se situe au plus haut niveau du pouvoir djiboutien".

Le magistrat Bernard Borrel, coopérant français et conseiller technique auprès du ministère djiboutien de la Justice, a été tué dans ce pays en 1995.

La thèse du suicide avait d'abord été retenue mais le scénario d'un assassinat est désormais retenu par la justice qui s'appuie sur des expertises médico-légales.

Le témoin Mohammed Alhoumekani assure avoir assisté à une conversation entre Ismaël Omar Guelleh et plusieurs autres hommes dans les locaux de la présidence djiboutienne, le soir des faits, où aurait été évoqué le meurtre du magistrat.

La validité de ce témoignage est mise en doute par Djibouti qui souligne qu'au moins un des hommes censé être présent lors de cette réunion a pu prouver le contraire, et que d'autres étaient en prison à ce moment.

Le dossier Borrel est à l'origine de vives tensions entre Paris et Djibouti, siège de la principale base militaire en Afrique. Le 20juin dernier, le président Sarkozy a reçu à l'Elysée la veuve du magistrat, un tournant car la présidence Chirac s'y était toujours refusé. Dans un troisième dossier judiciaire ouvert pour "pressions sur la justice", deux juges ont tenté en vain de perquisitionner l'Elysée le 2 mai.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.